Partager

L’affaire est sur toutes les lèvres à Louga. Une jeune fille, fiancée à un immigré établi en Europe, n’a rien trouvé de mieux à faire que de prendre l’argent de sa dot pour convoler en justes noces avec son premier copain.

Selon L’Observateur, l’affaire qui a été enrôlée mardi, au Tribunal de Grande instance de la capitale du Ndiambour, a ému plus d’un. Mais pas l’intéressée.

Poursuivie pour escroquerie au mariage, Nd. Anta S n’a pas cherché à noyer le poisson dans l’eau. En effet, elle a reconnu les faits qui lui sont reprochés arguant tout de même, que tout est parti de l’ami de son fiancé qui a «choisi une date qui lui convenait pas».

«Effectivement, je sortais avec M. Ngom et avions un projet de mariage. Mais son ami, à qui il a confié les démarches, a tout gâché. Il voulait nous imposer une date qui n’arrangeait pas mes parents», a-t-elle avoué, regrettant son comportement.

Cependant, même si elle reconnait avoir «trahi et commis une escroquerie», Nd. Anta S se dit prête à «rembourser sous forme de moratoire» l’argent, objet du délit.

Après jugement, elle a été condamnée à 6 mois de prison avec sursis.

LAISSER UNE RÉPONSE