Partager

La Jeunesse pour la démocratie et le socialisme (Jds) s’en prendre au ministre de l’intérieur, Abdoulaye Daouda DIALLO, dont ils réclament le départ.
Pour la JDS, « il faut que la neutralité et l’impartialité des autorités chargées de l’organisation et du contrôle des opérations électorales ne souffrent d’aucun grain de doute », indiquent-ils dans une déclaration rendue publique, hier.
« Le fait que le ministre de l’intérieur soit membre de l’Apr, de surcroît maire d’une commune gagnée justement au nom de ce parti suffit amplement pour qu’il soit inapte à organiser des élections transparentes, à plus fortes raison lorsqu’il ne cesse de poser des actes qui entachent la transparence du processus électoral », ajoutent les camarades de Babacar Diop.
La Jds reproche à Abdoulaye Daouda Diallo, entre autres griefs, « le sabotage dont l’opposition a été victime lors du référendum concernant la confection du bulletin du NON ; c’en est suivi la proclamation des résultats provisoires par le ministre de l’intérieur himself : un précédent dangereux et ceci après avoir privé à plus de 200 000 mille sénégalais d’exercer leur droit de vote sous le prétexte fallacieux de défaillances techniques ; et tout dernièrement la décision unilatérale d’admettre un pôle indépendant au sein de la commission de veille sur l’organisation des élections législatives en foulant aux pieds les termes du consensus arrêtés d’un commun accord avec l’opposition et les non-alignés ; à cela s’ajoutent les inacceptables souffrances – ayant occasionné la mort de deux compatriotes – que les Sénégalais endurent pour acquérir la nouvelle carte d’identité nationale biométrique ».
Par conséquent, les jeunes socialistes demandent au Président Macky Sall de « nommer une personnalité neutre et consensuelle à la tête du ministère de l’intérieur, pour l’intérêt supérieur du peuple sénégalais ».

LAISSER UNE RÉPONSE