Partager
ANNONCE

C’est le ministre de l’Agriculture, lui-même, qui sonne l’alerte! Alors que la production de riz croit d’année en année, rapprochant de plus en plus le pays de l’autosuffisance, dans la vallée du fleuve, les ventes ne semblent pas suivre au même rythme. Des quantités énormes de riz blanc y sont en souffrance dans les magasins de stockage, ce qui fait planer de gros risques sur la riziculture.

En effet, le ministère de l’Agriculture renseigne que «trouver un preneur pour le riz sénégalais constitue un véritable casse-tête pour les producteurs rizicoles de la Vallée du Fleuve Sénégal». Profitant de la venue de leur ministre de tutelle en tournée de suivi de la campagne dans le nord du pays, les producteurs «ont montré d’importantes quantités de riz blanc et paddy, qui sont d’une qualité sans commune mesure, en souffrance dans leurs rizeries et magasins de stockage. Ce qui constitue, selon eux, un véritable frein pour s’engager dans la contre saison, faute de solvabilité bancaire», renseigne le ministère de l’Agriculture.

Face à une telle situation le Dr Pape Abdoulaye Seck a tiré la sonnette d’alarme. «J’ai touché de mes propres mains, j’ai vu de mes propres yeux. Ce qui se passe est grave. Si nous voulons véritablement réaliser l’autosuffisance, il est essentiel que nous puissions, au moins, faire deux cultures. Si nous n’arrivons pas à écouler la production du pluvial, c’est clair que les acteurs vont perdre leur solvabilité bancaire et ne pourront pas aller en contre saison», alerte-t-il.  A présent, c’est à l’Etat, avec les privés, de prendre les mesures idoines pour résoudre le problème. Les populations devront eux aussi donné la priorité au riz de chez nous.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE