Partager

La dette publique qui est en progression constante depuis 2006 ressort à 5181 milliards en 2016 contre 4598 en 2015. L’endettement qui ressort en 2016 à environ 60% du PIB n’est pas inquiétant. Le niveau d’endettement en tant que tel peut ne pas être très gênant, en revanche, l’utilisation des ressources issues de ces emprunts devrait susciter davantage l’intérêt de l’analyse économique. Rappelons que les flux d’Investissement Direct Etranger vers les pays en voie de développement ont considérablement augmenté durant ces trois dernières décennies, notamment pour des pays pauvres ayant difficilement accès aux marchés internationaux des capitaux.

Mais l’Afrique n’a pas été le bénéficiaire de cette bonne nouvelle, elle est plutôt marginalisée par rapport à l’acquisition de nouvelles technologies, la création d’emplois et par rapport à son potentiel de croissance. C’est une explication du fait que l’IDE ne représente que 2,2% du PIB du Sénégal, chiffre inférieur à la moyenne de 2,6% du PIB de l’Afrique au Sud du Sahara. Ce qui est modeste et incompatible avec les ambitions du PSE : faire du Sénégal l’habitat préféré de l’IDE en Afrique occidentale.

Aujourd’hui, le Sénégal occupe une place intermédiaire dans le classement des pays récipiendaires des flux de d’IDE en Afrique. Il se situe derrière l’Afrique du Sud, le Nigéria, l’Angola, le Gabon, le Ghana, et la côte d’ivoire.

assirou.net