Partager

Le Mouvement fédérateur pour l’émergence du Saloum (Moffs), « accompagner le président Macky Sall dans sa noble mission de renforcer la démocratie et de promouvoir l’émergence économique ». Une manière pour les camarades de Bamba Mbodj de porter sur les fonts baptismaux ledit mouvement afin faire face au manque de « considération et  à la marginalisation politique liée en grande partie à l’absence d’un leadership concerté et fédérateur ». 

« Nous matérialisons notre engagement par une forte mobilisation des fils du Saloum pour donner au Président Macky Sall, une majorité confortable à l’Assemblée nationale, en 2017 et contribuer à sa réélection en 2019 », souligne le communiqué parvenu à Senego.

« Les échéances électorales de 2017 et 2019 seront des moments où les populations auront le choix entre progrès incarné par le président Sall et l’immobilisme de l’opposition. Le Saloum mobilisé autour du Moffs s’engage à faire face à toute forme d’opposition à la politique du président Sall en impliquant les populations par une vaste campagne de communication sur les transformations économiques et sociales engendrées par les réalisations du président Macky Sall », note ledit communiqué.

A cet effet, poursuivent les camarades de Ibou Faye, les populations seront incitées à s’inscrire massivement sur les listes électorales ».

Cependant le Moffs, pour l’atteinte de ses ambitions politiques, propose au gouvernement la prise de mesures urgentes en faveur des populations du Saloum, notamment la construction d’un poste de police à Médina Baye, la construction à Kaolack commune d’un marché central moderne, la réhabilitation du port de Kaolack, la modernisation du réseau d’éclairage public et du système d’évacuation des eaux usées et pluviales, la réhabilitation du chemin de fer et la multiplication des pistes de production, le renforcement du réseau de distribution d’eau potable dans le monde rural, la modernisation des infrastructures sportives existantes et la construction d’espaces sportifs fonctionnels dans toutes les collectivités locales.

LAISSER UNE RÉPONSE