Partager

Le 30 juillet 2017 est un rendez-vous vital pour le régime de Macky Sall. Le chef de l’Etat a l’obligation de gagner les législatives prévues à cette date s’il veut éviter une cohabitation lourde de tous les dangers et qui rendrait quasi certaine une chute de son régime à la présidentielle de 2019.

 

«Il ne faut pas penser que ces élections concernent l’élection des députés.» Ces propos ont été tenus le 7 févier dernier par Mouhamad Boun Abdallah Dionne lors d’une visite à Tivaouane. Le chef du gouvernement a même ajouté à l’endroit de l’assistance : «Si le Pse (Plan Sénégal émergent, ndlr) vous convainc, il faut donner au chef de l’Etat une majorité présidentielle.» Se voulant plus précis, il explique : «Si les projets de loi qui doivent être votés à l’Assemblée nationale ne passent pas, le président de la République aura des difficultés pour dérouler son programme. Cela peut alors créer un blocage institutionnel pour exécuter l’ambitieux programme du chef de l’Etat. Par exemple, si le chef de l’Etat veut un budget de 10 milliards pour 2018 pour continuer son programme de modernisation des cités religieuses à Tivaouane, Touba, Ndiassane, Popenguine, etc, si les députés refusent de le voter, il ne pourra pas l’exécuter.» En fait, ce que Dionne a oublié de dire, c’est que lui-même joue son avenir aux prochaines législatives. Puisqu’une défaite de la mouvance présidentielle le 30 juillet signifierait la fin de son séjour à la Primature. Mais, c’est le Président Macky Sall qui joue gros lors des prochaines joutes électorales.

 

En effet, comme le laisse entendre la mise en garde du Premier ministre, si le chef de l’Etat n’obtient pas la majorité au sortir des prochaines élections, une cohabitation lui sera imposée par l’opposition qui ne se fera pas prier pour bloquer certains de ses projets qu’elle ne cesse de dénoncer. Et Macky Sall le sait, ce sera le début de la fin de son pouvoir. Mais comment faire pour être sûr de gagner ces élections du 30 juillet prochain ? Il est vrai que désunie, l’opposition n’aura que très peu de chances de gagner face à la machine de guerre dont dispose Benno Bokk Yakaar. Mais le chef de l’Alliance pour la république (Apr) le sait aussi : pour gagner des législatives, il faut réussir d’abord les investitures. C’est justement à ce niveau que se trouve le casse-tête chinois. Le chef de l’Etat va devoir manœuvrer ferme pour éviter de voir des Sénégalais voter contre la mouvance présidentielle à cause des frustrations qui ne manqueront pas.

 

D’abord, au sein de l’Apr, les ambitions ne manquent pas. A Dakar, par exemple, il faudra arbitrer entre des camps aussi divers que ceux d’Abdoulaye Diouf Sarr, Amadou Ba, Aminata Touré, Mbaye Ndiaye… A Guédiawaye, le ton est déjà donné avec les partisans du député Seydina Fall qui s’opposent au choix d’Aliou Sall. Ce genre de situations, il y en aura également à l’intérieur du pays, notamment dans des départements comme Louga, Mbacké, Saint-Louis, Thiès, Mbour… La tâche sera d’autant plus compliquée pour Macky Sall qu’il lui faudra aussi servir ses alliés. Et c’est Benno Siggil Senegaal de Moustapha Niasse qui affiche, en premier, ses prétentions. «Benno Siggil Senegaal estime qu’il ne peut prétendre à moins de députés qu’il en a dans l’actuelle législature», ont averti, cette semaine, les partisans du président de l’Assemblée nationale. Non sans demander à Macky Sall de «reconduire Moustapha Niasse concernant la future liste de Benno Bokk Yakaar sous le même schéma qu’en 2012». Autrement dit, il faut que Niasse soit tête de la liste nationale et qu’il reste président de l’Assemblée en cas de victoire.

 

A côté de Benno Siggil Senegaal, Benno ak Tanor va aussi afficher les mêmes ambitions, c’est-à-dire garder son quota d’une vingtaine de députés. Et le danger avec Benno ak Tanor, c’est que ses éventuels frustrés ont déjà une liste pour les accueillir. Il s’agit de celle que conduira Khalifa Ababacar Sall. Ce genre de listes constitue toujours une menace. Le président de Benno Bokk Yakaar aura-t-il le temps de gérer cette équation ? Difficile à dire. Même s’il garde toujours une marge de manœuvre lui permettant de nommer les frustrés à d’autres postes.

LAISSER UN COMMENTAIRE