Partager
Eight members of the Senegalese opposition, (From L to R) Alioune Tine, Youssou N'Dour, Macky Sall, Moustapha Niasse, Talla Sylla, Amath Danssoko, Idrissa Secke, Cheikh Tidjane Gadio, Tanor Dieng and Cheikh Bamba Dieye, stand together during a press conference in Dakar, on February 4, 2012. The eight opposition candidates, running in Senegal's presidential election, pledged today to take joint action to block President Abdoulaye Wade from standing for a third term in office. AFP/PHOTO / SEYLLOU (Photo credit should read SEYLLOU/AFP/Getty Images)

Au sein de la coalition “Benno Siggil Sénégal”, on ne danse pas sur le même tempo.Certains membres de la structure ont fait une sortie pour dénoncer ce qu’ils qualifient de forcing concernant le choix de Moustapha Niasse de diriger la liste de mouvance présidentielle aux élections législatives. Ces chefs de parti au nombre de 16 sur les 26 que compte la coalition, soutiennent que les autres composantes de la structure ne vont pas accepter ce fait accompli.

Ces 16 partis et mouvements soutiennent que non seulement, le débat doit être axé sur la démocratie au sein de “Benno Siggil Sénégal” autant que dans la grande coalition “Benno Bokk Yaakaar”, mais encore sur les besoins non satisfaits et les enseignements à en tirer.

Même la coalition “Benno Bokk Yaakaar” n’a pas été épargnée au cours de la rencontre. “Benno Siggil Sénégal” tel qu’issu des assisses nationales, dénonce ces dérives et attire l’attention des autres membres de la Conférence des leaders de ladite structure sur le caractère de ces actes de division. Le “Benno des cinq” est en train de discuter en catimini des listes à proposer aux prochaines élections législatives”.

Réaffirmant avec force leur fidélité aux engagements pris lors des assises nationales et leur appartenance à “Benno Bokk Yaakaar”, ces leaders de BSS préviennent que pour ne pas se trouver à nouveau devant le fait accompli, ils vont s’organiser au nom de BSS pour faire face à cette situation et prendre leurs responsabilités par rapport aux prochaines élections législatives.

En d’autres termes, ils n’excluent pas de s’allier avec d’autres entités au sein de la mouvance présidentielle qui voudraient garder leur indépendance.

LAISSER UNE RÉPONSE