Partager

Plusieurs maladies, dont le paludisme, les infections respiratoires et la malnutrition ont « fortement » reculé dans certaines parties des régions de Kolda et Sédhiou (sud), grâce aux dispensateurs de soins à domicile (DSDOM), a-t-on appris de sources médicales.

Les DSDOM sont pour la plupart des jeunes formés pour aider les agents des postes de santé à dispenser des soins à domicile et à orienter « les cas graves » vers les structures de santé.

« Les DSDOM nous aident beaucoup. Ils parcourent les villages pour faire de la sensibilisation, administrer des soins à domicile et effectuer des tests de paludisme par exemple », a expliqué l’infirmière Ngor Guèye, chef du poste de santé de Marakissa, un village du département de Sédhiou.

Mme Guèye était jeudi à Dioghère, un village situé à près de 15 kilomètres de son poste de santé, à l’occasion d’une visite de presse (5-8 avril) organisée par l’Unicef – l’agence des Nations unies chargée de l’enfance – dans le cadre du Fonds MUSKOKA. Ce fonds français a été baptisé au nom d’une ville canadienne, qui a abrité un sommet du G-8, en 2010.

La France s’était engagée à investir 95 millions d’euro (environ 62,3 milliards de francs CFA), de 2010 à 2015, pour soutenir le travail de quatre agences des Nations unies intervenant dans la lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

« En raison des résultats que les DSDOM ont obtenu sur le terrain, nous avons étendu leur intervention à d’autres pathologies, comme les infections respiratoires aigues, la diarrhée, etc. » a indiqué Mme Guèye.

Le travail des dispensateurs de soins à domicile est « beaucoup apprécié » aussi dans la commune de Bagadadji, située dans la région de Kolda.

« Nous avons des villages très éloignés du poste de santé de Badadadji. Et la demande en soins de santé est forte. Pour la satisfaire, nous travaillons avec des DSDOM », a expliqué l’infirmière Dieh Mandiaye Ba, chef du poste de santé de cette commune.

Pour couvrir les 95 villages de la commune, elle a fait appel à sept dispensateurs de soins à domicile, qui sont formés pour servir les quelque 15.624 habitants de cette collectivité locale.

« Depuis le démarrage de nos activités en 2012, certaines maladies ont sensiblement diminué. Nous continuons à informer, orienter et sensibiliser nos populations. Cela a permis de réduire la prévalence de certaines maladies », a assuré Malang Sané, l’un des DSDOM, chargé de couvrir les villages de Wassadou, Kounding-Dioé et Dioghère, dans le département de Sédhiou.
aps.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE