Partager

Le groupe de travail de l’Onu revient à la charge et exige la libération de Karim Wade

Le Groupe de travail des Nations Unies est revenu à la charge pour dénoncer la détention de Karim Wade et des autres détenus qu’ils illégales et selon le porte parole du Groupe de travail des Nations-Unies, « Karim Wade et ses codétenus doivent être libérés parce qu’ils sont en détention illégale », précise le porte parole du groupe de travail José Antonio Guevara sur les ondes de la radio Futurs médias.

Le groupe de travail des Nations Unies a tenu à faire cette précision suite à la sortie des avocats de l’Etat du Sénégal qui se sont fendus d’un communiqué pour dénoncer les conclusions du groupe de travail de l’Onu sur la détention du fils de l’ancien président de Wade fils.

La Raddo appuie le Groupe de Travail de l’Onu

La Raddho est en phase avec le Groupe de travail des Nation unies sur la détention de Karim Wade. En effet, Aboubakry Mbodj et Cie juge que le fils de Me Wade ne peut plus être maintenu en prison après l’avis rendu par ledit groupe car la jugeant illégale.

« Considérant que le Groupe de travail  n’a fait que confirmer l’avis numéro 4-2015 qui a été adopté le 20 avril 2015, dans lequel avis le groupe s’adresse à l’Etat du Sénégal. Nous considérons qu’aujourd’hui, il y a beaucoup de polémiques alors que c’est l’Etat du Sénégal qui est visé. Et quand on parle de l’Etat, c’est le président de la République qui en est le chef suprême. Et le Sénégal  étant membre non permanant du Conseil de sécurité des Nations Unies devrait aujourd’hui donner  suite à l’avis du Groupe de travail sur la détention arbitraire », a déclaré le secrétaire général du Raddo.

Aboubakry Mbodj qui s’exprimait sur les ondes de la Rfm exige alors de l’Etat de respecter l’avis et de libérer Karim Wade car, déclare-t-il : « nous le disons parce que nous considérons que ignorer la recommandation d’un organe rattaché au Conseil des Droits de l’homme des Nations-Unies, constituerait un manquement injustifiable.

Souleymane Ndéné Ndiaye aussi

Après le deuxième avis du groupe de travail des Nations Unies, exigeant la libération de Karim Wade qu’il considère comme étant arbitrairement emprisonné, Souleymane Ndéné Ndiaye sort de son mutisme. Dans un entretien accordé à nos confrères de la Tfm, l’ancien Premier ministre de Me Wade, par ailleurs, leader de l’Unp, est d’avis que «le chef de l’Etat est tenu de prendre en compte l’avis du groupe de travail des Nations Unies et de la plainte de Karim Wade déposée en France». Faisant partie du pool d’avocats du fils de l’ancien Président de la République, Souleymane Ndéné Ndiaye dit ne pas être informé de la plainte de Karim Wade déposée à Paris.

Une plainte à Paris pour détention arbitraire

Les avocats de Karim Wade, ancien ministre sénégalais et fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, ont annoncé avoir déposé mardi 2 février auprès du tribunal de grande instance de Paris une plainte pour dénoncer sa « détention arbitraire ». Il a été condamné en mars 2015 à six ans de prison pour enrichissement illicite.

Seydou Diagne, le principal avocat sénégalais du condamné, justifie cette démarche auprès de la justice française par la binationalité franco-sénégalaise de Karim Wade et parce que « nous ne disposons plus d’aucun recours au Sénégal et que l’Etat refuse de se conformer à ses obligations internationales ». Elle vise à « faire respecter ses droits dont il est privé par le pouvoir politique sénégalais», une allusion à Macky Sall, vainqueur d’Abdoulaye Wade à la présidentielle de 2012.

Le Pds fixe un ultimatum à Macky Sall pour libérer Karim Wade

 C’est une déclaration de guerre ! Le Président de la République et son régime ne sauraient invoquer l’argument, selon lequel ils sont surpris, si le Parti démocratique sénégalais mettait à exécution sa menace.

Pour cause, en réunion de Comité directeur, ce mercredi, les libéraux ont fixé un ultimatum au Pouvoir en place, pour procéder à la libération immédiate et sans condition de Karim Wade, ancien ministre d’Etat sous le défunt régime libéral.

On ne sait pas si c’est seulement pour essayer ou non de jouer sur les nerfs de Macky Sall et ses hommes, mais les troupes de Me Abdoulaye Wade se sont montrés très menaçants, pour ce qui est de l’injonction faite aux tenants du Pouvoir pour que le fils de Me Abdoulaye Wade, condamné à six ans fermes pour enrichissement illicite par la Cour de répression de l’enrichissement illicite soit relâché.

“Si on ne vous donne pas vos droits, il urge de les arracher”, a laissé entendre Me Amadou Sall, avocat et porte-parole du jour du Pds. C’est dire qu’il y a de l’électricité dans l’air.

Au rythme où vont les choses, les tenants du pouvoir, le chef de l’Etat en tête pourront-ils faire face à la pression. En tout cas, les prochaines jours nous édifieront.

senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE