Partager
ANNONCE

La question était très attendue dans son discours de présentation de vœux à la Nation. Le Président Macky Sall ne l’a pas esquivé. Pour la restauration du quinquennat, il a décidé de saisir le Président de l’Assemblée nationale et celui du Conseil constitutionnel. «Conformément à l’article 51 de la Constitution, je recueillerai, au préalable l’avis du Président de l’Assemblée nationale et celui du Conseil constitutionnel», a-t-il précisé dans son message aux Sénégalais.

concernant la date de la tenue du référendum, le chef de l’Etat a maintenu le suspens. Il n’a en aucun cas avancé une date.

Une patate chaude entre les mains de Moustapha Niasse
Pour le cas du conseil constitutionnel, il n’y a pas à fouetter un chat. Parce c’est une logique. Cependant, l’histoire retiendra que l’Assemblée nationale sous Moustapha Niasse a pris une décision aussi impopulaire, si le Président Sall ne venait plus à réduire son mandat.
Car, presque les vice-présidents de l’Assemblée nationale, tous des proches du chef de l’Etat qui seront à coup sûr contactés par le Président Niasse, vont s’opposer à la réduction du mandat de Macky Sall. Le cas de Moustapha Cissé Lô en est une parfaite illustration. le député avait même défié publiquement le chef de l’Etat, arguant qu’«il est paradoxal de vouloir réduire son mandat et de demander encore les suffrages des populations ». En ce sens, il avait menacé de mener une campagne contre la volonté de Macky Sall de diminuer son mandat. Donc, avec la décision du chef de l’Etat de consulter les Présidents de l’Assemblée et du Conseil constitutionnel, il est fort probable que la durée du premier mandat de Macky Sall va être de 7 ans. Ce, contre la volonté populaire. Parce que nombreux sont les sénégalais qui exigent de Macky Sall un mandat de 5 ans, à cause de la précarité qui a atteint un niveau spectaculaire.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE