Partager
Malick Gackou sur la nomination de Aliou Sall
Malick Gackou sur la nomination de Aliou Sall

Que le président Macky Sall se tienne pour dit ! Le Grand parti de Malick Gackou userait tous les moyens pour pousser Macky Sall à « respecter sa parole de réduire son mandat de 5 à 7 ans ». Selon l’ancien compagnon de Moustapha Niasse, le successeur de Wade avait bel et bien pris un engagement au sein du M23 de diminuer son mandat. Pour ne pas revivre la situation 2012 relative à la troisième candidature controversée de Wade, le président du Grand parti soutient que Macky Sall ait intérêt à ne pas se dédire. « Le président doit respecter sa parole sinon nous allons lui contraindre », a prévenu l’ancien numéro 2 de l’Afp, hier lors de la cérémonie d’inauguration de la permanence nationale de son parti à Yoff.

toutefois, M. Gackou semble accorder un préjugé favorable à Macky Sall car rappellera-t-il, le président de la république n’a pas varié ou tergiverser dans son projet de respecter. « Je lance à toute la classe politique de garder la sérénité mais j’invite au président Macky Sall à respecter sa parole», a-t-il insisté. Toujours, pour le leader du dit parti « il est encore tôt de critiquer le président sur ce point ».

Ainsi, le débat sur le taux de croissance avancé par le gouvernement s’est invité lors de la conférence de presse de la tête de file du dernier né des partis politiques du Sénégal. Pour Malick Gackou le «gouvernement doit dire la vérité aux sénégalais sur la croissance». A l’en croire, «Le Sénégal est dépassé par le Mali qui avait connu une guerre et même la Somalie qui est en conflit pendant 20 ans». «Tant que la croissance qui est le moteur du développement ne marche pas l’économie ne peut pas marcher», analysera-t-il.

Accueilli par une gigantesque foule de militants, de militantes et de sympathisants, Malick Gackou promet de « changer et de révolutionner le Sénégal une fois devenu président de la république ». Il a même raillé Macky Sall en chantant en chœur avec ses partisans en ces termes «fi mo gueneu nekh » (ici c’est plus agréable que là-bas).
Souleymane SANE 

LAISSER UN COMMENTAIRE