Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Après la polémique qui a suivi la proclamation des premières tendances de la présidentielle du 24 février, le journaliste Mame Less Camara pense que les acteurs de la presse auront besoin d’une large concertation pour rappeler les règles de base de la profession.  

Publicité
Publicité 2

La presse sénégalaise avait conquis ses lettres de noblesse à l’issue de la présidentielle de 2000. Depuis lors, elle joue un rôle majeur dans le processus électoral, particulièrement la publication des résultats le jour du scrutin. Un travail presque unanimement salué jusqu’ici. Mais durant cette présidentielle de 2019, et peut-être même avant, on dirait qu’il y a un ressort qui s’est cassé. ‘’Si les médias sont adulés en 2012, c’est parce qu’on leur a reconnu une certaine efficacité dans le traitement de l’information, une capacité d’agir sur le processus pour le pondérer’’, estime le journaliste Mame Less Camara.Ce formateur au Cesti pense toutefois que qui peut le plus peu le moins. Autrement dit, les mêmes médias peuvent aussi être utilisés non pas pour un traitement de l’information relativement équilibré, mais pour des besoins partisans. ‘’Cette fois-ci, les politiques ont pris d’assaut rapidement et un peu précocement les médias. Il ne s’agit pas d’un camp, tous les camps se sont intéressés aux médias. Et maintenant, de plus en plus, et c’est là où ça devient dangereux, on n’achète pas un média, mais on essaie d’influencer des journalistes, c’est-à-dire le dernier maillon entre le terrain et la rédaction, lieu de traitement et de diffusion de l’information’’. C’est ce qui fait d’ailleurs, qu’au-delà des animosités habituelles entre groupes presse, on a assisté, cette fois-ci, à une opposition entre journalistes (Pape Alé Niang et Babacar Fall).Pour cette raison, cet ancien secrétaire général du Synpics pense qu’il sera nécessaire que le monde des médias se retrouve autour d’une table pour rappeler un certain nombre de principes. ‘’Il me semble qu’il y a, après cette élection, beaucoup de travail. Et cette fois-ci, pas de petits séminaires par-ci, par-là. Le syndicat, les organisations professionnelles et les autorités en place pour les médias devront se rencontrer et essayer de s’entendre sur une façon de traiter l’information et de limiter l’entrée des politiques dans le traitement de l’information’’.De son point de vue, les médias ont besoin d’un appui pour satisfaire le premier des codes de déontologie les plus utilisés au Sénégal, notamment les déclarations de Munich de 1971 et de Bordeaux de 1954. Lequel veut que la presse réponde favorablement au besoin du public à l’information dépouillée de tout parti pris. ‘’Il va falloir aider les médias pour qu’ils aient les moyens de leur neutralité. Du moins un certain recul par rapport au traitement de l’information’’. Surtout qu’en période d’élection, précise-t-il, ce public devient un électorat éclaté qu’il faut respecter dans ses différences et dans ses multiples organisations.

Assane SEYE-Senegal7

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE