Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Le procureur de Pikine a vite fait de déclarer à la face du monde que la thèse du mobile politique est écartée sur le meurtre de la militante de Pastef, Mariama Sagna, tuée par deux présumés charretiers. Mais comme l’enquête n’a pas encore connu son épilogue, il est trop prématuré de parler de crime crapuleux. Observateurs et spécialistes de la question émettent de sérieux doutes sur les premiers éléments de l’enquête.

Publicité
Publicité

Il est vrai que la présidentielle de 2019 fait craindre le pire pour les tenants du pouvoir qui font tout pour que l’enquête sur le meurtre de la militante de Pastef tuée à Keur Massar, la semaine dernière, soit rapidement diligentée. L’enjeu aura été de taille car le contexte préélectoral est empreint de suspicions de la part de l’opinion. Et l’acharnement dont le leader de Pastef, Ousmane Sonko fait montre ces derniers temps, démontrent à suffisance que ce meurtre sur sa militante ne peut relever de crime crapuleux relatif à un cas de viol ou autre stéréotypes encore mal cernés. L’affaire est beaucoup plus grave qu’on ne le laisse croire. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, une enquête indépendante serait salutaire pour élucider ce meurtre dont le mobile coure déjà les rues sans que le dossier ne soit bouclé. Si toutefois la thèse d’un  mobile politique de ce crime se confirme, cela pourrait inexorablement coûter très cher au régime de Macky. Pour l’heure, les Sénégalais ne croient guère  au mobile servi avec célérité par le procureur de Pikine. Ce qui signifie en clair que le mobile politique n’est pas toujours écarté.

Assane SEYE-Senegal7

Publicité
Publicité

SENEGAL7TV

LAISSER UN COMMENTAIRE