Accueil Uncategorized Mme Fatou Ndoye, laveuse de morts: Ils gaspillent des millions de F...

Mme Fatou Ndoye, laveuse de morts: Ils gaspillent des millions de F Cfa au Grand Théâtre et ne donnent même pas un …

1
Partager

MME FATOU NDOYE A HERITE SA PROFESSION DE SA MERE QUI L’A APPRISE DE SES PARENTS «ON GASPILLE DES MILLIONS DE FCFA DANS DES MONDANITES ET ON NE DONNE MEME PAS UN METRE DE LINCEUL»

Fière d’avoir hérité sa profession de sa mère qui l’a apprise de ses parents, Mme Fatou Ndoye, laveuse de morts à la morgue de l’hôpital Fann critique ces richissimes personnalités qui gaspillent des millions lors des mondanités et qui n’ont jamais donné un mètre de linceul aux morgues Dans une chambre, au coin de la morgue de l’hôpital Fann, Mme Fatou Ndoye, a étalé un linceul sur un lit où sont déposés des sachets d’encens et des flacons d’eau de toilette «les bains». Habillée tout en gris, blouse, pagne et bonnet assortis, elle coud un linceul. Fière de dire qu’elle est laveuse de morts depuis 22 ans, elle précise avoir hérité ce métier de sa mère, qui l’a appris de ses parents. Sa maman est décédée, il y a 12 ans, mais 10 ans avant de mourir, elle initiée. «Ma mère a appris ce métier de son père Baba Diouf et de sa mère Khoudia Touré. Déjà toute petite, je quittais Pikine pour accompagner ma mère qui passait la journée dans cette morgue. Après le décès de ma grand-mère, ma mère a pris le relais. Un jour, elle est tombée, s’est cassé le bras. Lorsqu’on a demandé à mes deux grandes soeurs de venir ici, elles n’ont pas eu le courage de le faire. Moi, je pouvais parce que j’avais souvent assisté maman. Aujourd’hui, ma grande-soeur a fait la formation et elle est à la morgue de Hoggy. Certains ont le complexe de dire qu’ils font ce travail. Moi, j’en suis fière.»

Cependant, elle dénonce le bas niveau de son salaire qui ne lui suffit même pas pour payer la moitié de son loyer de 150.000 F Cfa par mois. Ils n’ont pas de prime de risque. Les nantis ne font attention à eux que quand ils perdent des proches. Ils gaspillent des millions de F Cfa au Grand Théâtre et ne donnent même pas un mètre de linceul aux morgues. Les fossoyeurs et les laveurs sont considérés comme des moins que rien, dénonce-t-elle. Fatou Ndoye quitte Pikine Guinaw Rails à 6 h du matin et travaille jusqu’à 17 h, mais parfois, arrivée presque chez elle, elle est rappelée et est obligée de rebrousser chemin. Certains l’appellent la nuit, mais en général et heureusement, on la ramène chez elle.

«QUAND JE NE SERAI PLUS LA, JE VEUX QUE TU ME LAVES AINSI»

Tout en continuant de rassembler les morceaux de linceul, Fatou Ndoye sensibilise les accompagnants qui abandonnent leurs bébés, époux, femmes décédés, parce que ne pouvant prendre en charge les frais médicaux. «Ils ne savent pas qu’il y a un service social qui s’occupe de ces cas», précise-t-elle. Touchée par la situation des morts inconnus, elle souligne qu’avant, on les mettait par vingtaine dans une tombe. C’est l’imam Guèye qui a mis fin à cela. Il a mis en place un comité qui se charge de ces cas. Mme Fatou Ndoye se rend régulièrement à Thiès, Mbour, Saint-Louis, pour laver des inconnus. La première fois qu’elle a lavé seule un cadavre, c’était un malade décédé en neurochirurgie. Il s’agissait d’un enfant né avec une malformation mais elle n’a pas eu peur de le toucher. «Je l’ai bien lavé, habillé, parfumé en présence de ma mère. Lorsque j’ai fini, elle m’a dit, quand je ne serai plus là, je veux que tu me laves ainsi. J’ai entendu des gens dire le corps m’a fait des grimaces, il m’a souri, ce sont des histoires. A cause de la rigidité cadavérique, avant de commencer le lavage, il faut bien masser le corps, sinon, quand on touche un membre, il peut rebondir et un novice peut prétendre que le corps lui a donné un coup de pied ou de poing. Certes, on voit des choses, beaucoup de choses, mais il faut les garder pour soi et rester pure ». Par ailleurs, Fatou Ndoye tient chaque fois que c’est possible, à ce que deux proches du défunt soient présents quand elle lave. «On ne sait jamais», dit-elle. Outre la familiarité avec la mort, policiers et magistrats manient au quotidien la deuxième plus grande appréhension des Sénégalais : la privation de liberté.

S

LAISSER UNE RÉPONSE