Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

le Sénégal fait partie des pays où les droits des consommateurs sont les mieux défendus en Afrique. C’est vrai qu’on n’est pas très contents encore parce qu’il y a beaucoup de choses qu’il faut améliorer. Sur la baisse du prix du loyer, il y a des problèmes de suivi de la part du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan. Si vous regardez aujourd’hui, le consommateur sénégalais est l’un des consommateurs qui a le plus d’initiative de réclamations. Avant quand on perdait quelqu’un dans un hôpital, les gens disaient que c’est Dieu qui a décidé ainsi. Aujourd’hui ils disent qu’elle est la responsabilité de l’hôpital et celle du médecin. Est-ce qu’il a été bien pris en charge normalement ? Tout cela, c’est la conscientisation sur 30 années aujourd’hui qui fait que le consommateur est très exigeant. Ces exigences sont encore aussi neutralisées dans certains domaines. Par exemple, si on prend le rapport entre le boutiquier et les ménagères. Les boutiquiers ne respectent aucune des prescriptions données sur les prix administrés par l’Etat, ni les règles de conservation des produits alimentaires parce que tous les soirs ils éteignent leurs frigos. Donc les produits sont morts avant même d’être utilisés. Les ménagères le savent mais ne vont pas le dénoncer parce que si elle le fait demain il ne va pas leur prêter une bonbonne de gaz ou une baguette de pain. Ce qui fait que c’est des clients captifs et cela aussi ce sont des freins pour le consommateur. C’est pourquoi nous demandons à l’Etat de prendre des dispositions fondamentales notamment la mise en place du Haut conseil de la consommation. C’est extrêmement important. Cela va permettre de mieux capaciter les associations de consommateurs, de mieux gérer ces manquements qui sont notés dans les relations entre les usagers et les consommateurs et même temps d’avoir une approche de sécurité sanitaire des aliments pour mieux protéger la santé des consommateurs.

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE