Partager
ANNONCE

Le député comme à son habitude, aborde les questions de l’heure, avec cette singularité qu’on lui connait, toujours dire les choses en face sans langue de bois. 12eme législature, la démission explosive  du magistrat Déme Moustapha diakhaté remet tout en surface

Pour répondre à ceux qui déclarent que la 12eme législature est la plus nulle del’ histoire politique du Sénégal, le député fustige cette thèse et affirme que  « C’est une grave et inacceptable offense que de parler en ces termes injurieux et mensongère de da 12eme législature. Celui qui a prononcé cette insultante sentence s’est révélé, de par son comportement de toujours, comme étant le député le plus vulgaire, le plus improductif, en somme le plus indigne élu de la République du Sénégal depuis 1960. Son vocabulaire injurieux qui cristallise un mépris et une condescendance infondés, pose problème. De quelle analyse historique et politique de notre Assemblée nationale procédé cette absurde conclusion ? Ah bon, la 12eme législature serait plus « nulle » que toutes celles qui ont prévalu durant la période du Monopartisme, durant laquelle l’Assemblée nationale était Monocolore ? Ah bon la 12eme législature serait plus nulle que la 11eme législature, celle qui a procédé aux tripatouillages des lois et de la constitution ? Cette même législature qui  a validé tous les coups de forces antidémocratique et antipopulaire, tous les tripatouillages constitutionnels de Wade, l’amnistie des assassins de Me Babacar Seye ? »

Il ajoute, «  Soutenir que cette législature a été la plus nulle de toutes est une forfaiture morale et politique. Je viens de vous dire ce que nous avons fait, au point de pouvoir dire que 12eme législature, avec toutes ses limites objectives, affiche de hauts faits d’armes. C’est à l’honneur de tous les députés de cette législature, à qui je rends un hommage appuyé. Ce député a manqué à son devoir d’avoir l’esprit, la dignité de l’institution parlementaire, conformément à l’article 105 de notre règlement intérieur », pour démonter radicalement cette affirmation qu’il considère come une insulte

Revenant sur la démission expéditive du magistrat Ibrahima Hamidou Déme, Moustapha Diakhaté martèle  que « une démission sur fond d’attaque d’un magistrat à la légalité Républicaine que j’ai apprise à avec peine et colère. Une colère saine, bien sûr car, il est difficile à un citoyen et acteur politique, comme nous, de l’Etat de droit et des valeurs de la République, d’agréer pareilles pratiques. Comment un haut fonctionnaire de son rang, très au fait des particularités liées à son statut de magistrat, peut-il s’autoriser pareilles sorties médiatiques ? À la limite, ce comportement surréaliste semble cacher un non- dit, des motivations autrement plus graves que l’on voudrait mettre sous le boisseau à une stratégie victimaire. Cette grossière attaque médiatique serait alors préventive. Quoi de plis facile que de se réfugier derrière la presse, pour se construire une image de victimaire qui masquerait des fautes lourdes. C’est comme si ce magistrat n’a pas vécu sous Wade ».

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE