Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Pour la première fois depuis le début de sa présidence, Donald Trump a opposé ce vendredi 15 mars son « veto » à une résolution votée par le Congrès. La veille, celui-ci avait annulé sa déclaration d’état d’urgence nationale visant à débloquer des fonds militaires pour construire le mur à la frontière avec le Mexique.

Avec notre correspondant à San Francisco, Eric de Salve

« C’est mon devoir », a clamé Donald Trump en utilisant son veto pour la première fois de son mandat. Après avoir été humilié par sa propre majorité, le président est obligé de passer en force.

Jeudi 14 mars, le Congrès a voté la résolution annulant la déclaration présidentielle d’état d’urgence nationale, prise le 15 février dernier. Aux côtés des démocrates, 19 sénateurs républicains se sont ainsi opposés à cette mesure exceptionnelle qui permet au président de puiser 7 à 8 milliards de dollars dans le budget de l’armée pour financer son mur anti-immigration.

Publicité
Publicité

« Le Congrès a voté contre la réalité », s’emporte aujourd’hui Donald Trump. Le président l’affirme : c’est bien une urgence nationale, c’est une crise migratoire immense. « Certains n’aiment pas ce mot, mais c’est bien une invasion, une invasion de drogue et de criminels », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie de signature dans le Bureau ovale.


Or, selon les démocrates, cette crise à la frontière n’a en fait aucune réalité ; elle est montée de toutes pièces par Trump pour tenir sa promesse phare de campagne.

De leur côté, les républicains frondeurs expliquent avoir voté avec l’opposition pour marquer leur opposition à l’effort de Donald Trump pour contourner par deux fois le Congrès américain. Celui-ci peut encore surmonter son veto, mais ce sera très difficile : il lui faut pour cela réunir une majorité des deux tiers.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE