Partager

La Maison Blanche a dévoilé lundi des mesures visant à renforcer le contrôle des armes à feu, une question sensible aux États-Unis. Ces dispositions obligent notamment les vendeurs à davantage contrôler les antécédents psychiatriques des acheteurs.

Fusillade après fusillade, le président américain n’avait pu exprimer que sa frustration. Aujourd’hui, il décide passer à l’attaque : Barack Obama  a présenté mardi 5 janvier une série de mesures visant à mieux encadrer l’utilisation des armes à feu. Pour avoir une chance de les faire appliquer, il n’a d’autre choix que de passer outre le Congrès, à majorité républicaine. Il fera donc passer ces mesures par décrets présidentiels, des « executive orders ».

Ces propositions respecteront le sacro-saint deuxième amendement de la Constitution, promet Obama, et elles permettront de lutter contre le « fléau » de la violence  par les armes. Selon le locataire de la Maison Blanche, « cela ne va pas empêcher tous les crimes violents, toutes les fusillades […] Mais cela permettra, potentiellement, de sauver des vies dans ce pays ».
L’exécutif entend en particulier colmater les failles du système en vigueur en clarifiant la définition d’un vendeur d’armes. Dans les foires itinérantes mais aussi sur internet, il est en effet aujourd’hui aisé aux États-Unis d’acquérir une arme sans aucun des contrôles exigés des armuriers homologués par les autorités fédérales.

Systématiser les contrôles des antécédents psychiatriques

« Tout personne impliquée dans la vente d’armes qui utilise internet ou d’autres technologies doit obtenir une licence, exactement de la même manière qu’un magasin traditionnel », a souligné en particulier la Maison Blanche.

Obama prévoit surtout de systématiser le contrôle des antécédents psychiatriques des acheteurs. Le système actuel procède déjà à ces vérifications, mais au vu du nombre de fusillades ces dernières années, le président américain juge cohérent de renforcer cette mesure. Et il a le soutien de la population. Selon une étude du Pew Research Center publiée en août 2015, cette mesure jouit du soutien de 79 % des électeurs républicains et de 88 % des électeurs démocrates.

Afin d’assurer une meilleure application des lois existantes, Obama propose par ailleurs la création de 200 nouveaux postes au sein de l’Agence fédérale sur l’alcool, le tabac et les armes (ATF). Il suggère par ailleurs au Congrès un investissement de 500 millions de dollars pour améliorer la prise en charge des soins psychiatriques.

« Les décisions du président sur les armes représentent une victoire importante pour la sécurité publique », a réagi sur Twitter l’ex-maire de New York Michael Bloomberg, impliqué de longue date dans ce combat.

LES FUSILLADES LES PLUS MEUTRIÈRES AUX ÉTATS-UNIS

 

Les républicains fulminent

Avant même de connaître la teneur exacte des propositions présidentielles, les républicains avaient dénoncé l’initiative avec virulence. « Nous ne serons bientôt plus en mesure d’acquérir des armes », a lancé dans son style lapidaire le milliardaire Donald Trump, qui fait la course en tête dans le « Grand Old Party ».

À l’unisson, les candidats républicains à la Maison Blanche ont promis d’effacer d’un trait de plume toute mesure sur ce thème. « Dès mon premier jour au pouvoir, tous ces décrets disparaîtront », a ainsi assuré le sénateur de Floride Marco Rubio. Chaque année, pourtant, quelque 30 000 personnes trouvent la mort par armes à feu aux Etats-Unis.

Les opposants au durcissement des lois sur les armes mettent en avant le deuxième amendement de la Constitution qui stipule qu' »il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes ». Mais ce paragraphe, ratifié en 1791, donne lieu à de multiples interprétations et est au cœur d’innombrables procédures judiciaires.

Avec AFP et Reuters

LAISSER UN COMMENTAIRE