Accueil Uncategorized Participation à toutes les élections (1960-2012) et résultats électoraux : de Senghor...

Participation à toutes les élections (1960-2012) et résultats électoraux : de Senghor à Ousmane Tanor Dieng, le PS à travers les âges

0
Partager

Du Bloc démocratique sénégalais (Bds) créé en 1948 en passant par l’Union progressiste sénégalais (1958) devenu le Parti socialiste (Ps) en 1976, la première formation politique du Sénégal a dominé le jeu politique pendant quarante ans.

 En effet, de Senghor à Abdou Diouf, le Ps a toujours joué les premiers rôles à chaque élection pour avoir été pendant longtemps un parti ‘’unique’’, mais aussi après l’ouverture au multipartisme intégral en 1983. Ce n’est qu’à partir de 2000, année de sa chute, qu’il a commencé à voir son poids électoral se dégonfler. Et, en dehors du boycott des législatives de 2007, la plus vieille formation politique du Sénégal n’a jamais raté une élection. Sauf…

En ce qui concerne les élections présidentielles qui se sont tenues au Sénégal, le Parti socialiste (Ps) n’a jamais tremblé. En vérité, pendant quarante ans, c’est-à-dire que 1960 à 2000, Senghor et Abdou Diouf ont toujours largement gagné les élections. De 1963 à 1973 en passant par 1968, le Président Senghor sortait toujours avec des résultats ‘’irrespectueux’’ de 100% des suffrages, sauf en 1978 où il a obtenu près de 82% des suffrages.

 Suite à sa démission survenue le 31 décembre 1980, l’arrivée d’Abdou Diouf avait encore permis au Ps de montrer sa suprématie. En effet lors de la présidentielle de 1983, ce dernier avait obtenu 83% des suffrages, 73% en 1988, 58% en 1993. Il est vrai que ses scores dégringolaient au fil des années, et cela s’est confirmé en 2000 avec un suffrage de 41% et battu au second tour par Me Abdoulaye Wade. Des chiffres qui montrent, si besoin en est, que les scores électoraux de ce parti n’ont cessé de chuter depuis l’ouverture au multipartisme. Mieux, suite à l’effritement de sa base causé par le départ de nombre de ses responsables.

 D’ailleurs, cela peut expliquer les résultats obtenus par Ousmane Tanor Dieng en 2007 (13%) et 2012 (11%). En ce qui concerne les élections législatives, c’est pratiquement le même constat. 80/80 députés en 1963 et 1968. Puis 100/100 en 1973 avant de passer à 83/100 en 1978, 111/120 en 1983, 103/120 en 1988, 84/120 en 1993, 93/140 en 1998. Après leur chute en 2000, ce parti a eu 10/120 députés en 2001. En 2007, bien qu’ayant participé à la présidentielle (13% pour Ousmane Tanor Dieng), aux côtés de l’opposition, le Ps avait boycotté les législatives tenues la même année. C’est dire que la plus ancienne formation politique n’a jamais raté une élection au Sénégal, même si elle est partie en coalition aux législatives de 2012 dans le cadre de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar.

 En termes clairs, le Ps n’a jamais raté une élection depuis 1960. Ce qui risque d’arriver sous peu car, Khalifa Sall et Cie qui souhaitent perpétuer une telle tradition peuvent bel et bien se voir exclure de leur parti comme l’ont déjà indiqué des voix autorisées socialistes. Mais, en vérité, quel sera l’avenir de l’ancêtre des formations politiques ?

LAISSER UNE RÉPONSE