Partager

Le directeur de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) reconnait qu’il y a une polémique sur les chiffres au Sénégal. «Des chiffres mal interprétés», regrette d’emblée Ababacar Sadikh Bèye qui souligne qu’au Sénégal, «Chacun va faire dire aux chiffres ce qu’il veut entendre».

«On va lui faire dire ce qu’il n’a pas dit et on n’est pas trop au fait du statut sur les bons chiffres. Sur les comptes nationaux, nous avons déjà des chiffres provisoires, une année après, c’est semi-définitif. Ensuite 3 années plus tard c’est définitif. Ça c’est le statut du chiffre», explique le patron de la statistique, dans les colonnes de Vox Populi de ce mercredi.

«Il y a dit-il, le fait que nous, nous faisons dans le réel c’est-à-dire que nous sommes là dans le rétroviseur. On ne dira jamais ce que 2017 sera, on est en train de travailler sur 2016 et nous sommes en train de travailler sur le changement de base. On est en train de recalculer le produit intérieur brut du Sénégal. Donc c’est dans les mois à venir que les comptables nationaux auront fini de recalculer la nouvelle base de l’année 2014», renchérit le statisticien.

Quid de la fiabilité des chiffres de la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) sur l’année 2017? «Si eux ils disent 6,8, si nous, nous trouvons 6,5, il n’y a pas de contradiction. A la limite, il faut leur dire chapeau parce qu’un an à l’avance, ils disent 6,8 et que nous, nous trouvons 6,5, cela veut dire qu’ils doivent être bons», admet Ababacar Sadikh Bèye.

Pour lui, «ce n’est pas une polémique. Juste que les gens regardent différemment. Et nous, on valide et une fois qu’on a validé, eux prennent notre chiffre et en font toute une batterie d’indicateurs».

LAISSER UNE RÉPONSE