Partager
ANNONCE

Parmi ces exploitations polluantes, la principale est sans aucun doute les Industries chimiques du Sénégal (ICS) installées dans le département de Tivaouane plus précisément dans Darou Khoudoss, dans la commune de Mboro. Les populations riveraines de cette unité industrielle vivent un vari calvaire au quotidien fait d’une dégradation de leur environnement et d’une pollution atmosphérique qui influent négativement sur leur santé et celle du bétail. La fuite d’acide sulfurique survenue en octobre 2014 et qui avait impacté les populations des villages de Gad et Ngoméne en n’est une parfaite illustration.

Les informations contenues dans le rapport que Daouda Samba, l’infirmier chef de poste de Taiba Ndiaye, avait remis à l’époque aux autorités locales sont des plus alarmantes. « Sur les 2014 personnes consultées durant les deux jours qui ont suivi l’incident, 60% souffrent de douleurs thoraciques et sont sujettes à des toux persistantes. Des cas de troubles de visions ont été décelés ainsi que des douleurs épigastriques, des céphalées, des maux de têtes. Sans compter les cas  de diarrhées et de vomissement chez les enfants de moins de 5ans ».

Ce sombre constant est confirmé par Gorgui Ka, chargé des relations extérieurs de l’association Paix et Solidarité Mboro-Khondio. Lequel soutient que son village, Khondio est transformé en enfer terrestre par les ICS. A l’en croire, en effet : « malgré le déficit d’études d’impact des ICS sur l’environnement de Mboro et des villages environnants, il est évident que sa présence dans ce milieu est source de diverse nuisances. Et ce qui est évident et constaté, c’est que cette industrie constitue un réel facteur de pollution atmosphérique mais aussi marine. La plage de Khondio est transformée en dépotoir de résidus chimiques. », Soutient M. Ka

Le Temoin

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE