Partager

Les insulaires n’en peuvent plus de la panne de la deuxième chaloupe depuis le mois de décembre dernier. Las d’attendre une réparation, les goréens comptent tenir un regroupement pour exprimer leur amertume. Selon leur porte-parole, l’on doit donner la gestion de la chaloupe à Cosama et non au Port autonome de Dakar. « Les horaires ne sont plus respectés il y a plus de 5000 élèves qui sont transportés chaque jour et qui sont obligés d’attendre des heures tardives. Parfois, cela peut aller jusqu’à minuit », tonne-t-il.

Senegal7