Partager

Landreau, Coupet, Revault: Pourquoi, depuis 20 ans, le PSG n’a pas trouvé un gardien incontournable?

il y a 1 heure

LIGUE 1 – Depuis Bernard Lama, le PSG a un problème avec ses gardiens de but. Aucun n’a réussi à s’imposer sur le très long terme. La fébrilité d’Areola aujourd’hui rappelle celle des Landreau, Coupet ou Revault avant lui.

Bernard Lama est le dernier immense gardien du Paris Saint-Germain. Au XXI siècle, une grande instabilité s’est installée au poste de gardien numéro 1 à Paris. L’OM avait Steve Mandanda, l’OL pouvait compter sur Grégory Coupet, l’ASSE s’appuie sur Stéphane Ruffier, Bordeaux a longtemps fait confiance à Ulrich Ramé puis Cédric Carrasso.

Même chose dans les grands clubs européens comme le Real (Casillas), le Barça (Valdes), le Bayern (Kahn, Neuer) ou Chelsea (Cech, Courtois), Manchester United (Van der Sar, De Gea). Mais à Paris, ils ont été très nombreux à se succéder et personne ne s’est imposé dans la durée. Alphonse Areola a incarné cet espoir. Il sera peut-être le grand gardien qu’attend le PSG dans un futur proche. Cette saison devait être de sa prise de pouvoir. Mais comme nombreux de ses prédécesseurs, de Revault à Casagrande, de Landreau à Apoula Edel, il a craqué sous la pression.

Apoula Edel

Apoula EdelAFP

Pourquoi Paris n’arrive pas à faire éclore sur la durée un titulaire indiscutable ? « Paris est un club où chaque fait et geste est scruté, gardien de but est un poste-clé et exposé. Ce qui ajoute de la pression à une pression déjà énorme« , diagnostique Ronan Le Crom, quatrième gardien du PSG derrière Sirigu, Douchez et Areola en 2012/2013. Ils sont nombreux à avoir explosé en plein vol. Mickaël Landreau, excellent à Nantes puis de nouveau indiscutable à Lille, a connu trois saisons très délicates dans la capitale.

VIDÉO – Emery : « Il ne faut pas oublier qu’Areola est un jeune gardien »

01:32

« Pas le même métier »

Avant d’arriver à Paris en 1997, Christophe Revault avait enchaîné plus de 100 matches avec Le Havre et s’était imposé comme une valeur sûre. Son premier couac face au Bayern Munich (1-5) en Ligue des champions et en prime time plombe son moral et, quelques jours plus tard, il enchaîne une nouvelle contre-performance face à Monaco. Sa saison vire au cauchemar. Celui qui espérait accrocher le wagon bleu pour la Coupe du monde 1998 continuera sa carrière dans des clubs moins exposés (Rennes, Toulouse et Le Havre).

« Je ne vise absolument personne mais il existe parfois des gardiens très bons pour faire 15 arrêts dans un match et beaucoup plus en difficulté lorsqu’il ne faut en faire qu’un« , témoigne Christophe Lollichon, ancien entraineur des gardiens de Chelsea. Ronan Le Crom acquiesce : « Ce n’est presque pas le même métier. » Davantage mis à contribution à Lens, Bastia et même Villarreal, Areola a du mal à faire la transition.

Mamadou Sakho, le nouveau portier du PSG en compagnie de David Beckham et du quatrième gardien du PSG, Ronan Le Crom.

Mamadou Sakho, le nouveau portier du PSG en compagnie de David Beckham et du quatrième gardien du PSG, Ronan Le Crom.Eurosport

Une tradition de numéros 1 bis, peu sécurisante

Mais l’explication a ses limites. Durant onze saisons, Grégory Coupet est le parfait dernier rempart de l’OL. Une équipe qui survole le championnat de France et l’ancien Stéphanois prend un malin plaisir a signé la parade qu’il faut au moment opportun. Mais à Paris, ses deux dernières saisons professionnelles, certes minées par une blessure à la cheville gauche, virent au vinaigre. En cause notamment, la concurrence avec Epoula Edel. Il n’est pas le seul et le PSG a entretenu depuis 20 ans le flou autour de la hiérarchie de ses gardiens de but. Rapide flash-back :

  • 1998/1999 : Dominique Casagrande et Bernard Lama
  • 2000/2001 : Dominique Casagrande et Lionel Letizi
  • 2001/2002 : Lionel Letizi et Jérôme Alonzo
  • 2009/2010 : Grégory Coupet et Apoula Edel
  • 2015/2016 : Kevin Trapp et Salvatore Sirigu
  • 2016/2017 : Kevin Trapp et Alphonse Areola

VIDÉO – La boulette de Grégory Coupet en finale de la Coupe de France 2011

00:55

Jamais la concurrence n’a été bénéfique à l’un des deux portiers. « Le poste de gardien a besoin d’une grosse confiance et je ne suis pas fan d’avoir deux numéros 1« , juge Christophe Lollichon. « J’aime les hiérarchies établies parce que ça peut fragiliser les choses. A Paris, le gardien qui joue est épié, scruté à la loupe. On rajoute encore de la pression.« 

Même son de cloche chez Ronan Le Crom : « Je suis pour une hiérarchie établie avec un partage des compétitions. » Unai Emery a choisi de ne pas clairement choisir. L’an passé déjà, Trapp s’était montré très fragile alors que Sirigu trépignait d’impatience sur le banc de touche. Si le PSG a tant de mal a confié son but à un seul et même gardien sur le long terme, c’est aussi parce qu’il ne facilite pas la tâche à ses portiers. S’imposer à Paris est sans doute beaucoup plus compliqué qu’ailleurs surtout au poste de gardien de but. Alors autant éviter de lui mettre des bâtons dans les roues.