Partager
ANNONCE

Les réactions n’ont pas tardé après l’annonce par le Conseil constitutionnel de la validation de la candidature d’Abdoulaye Wade à la présidentielle de février et du rejet de celle du chanteur populaire Youssou N’Dour. De violentes altercations ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Dakar et dans plusieurs villes du Sénégal entre manifestants et forces de l’ordre. La police affirme qu’un de ses membres a été tué dans ces affrontements. L’opposition dénonce un coup d’Etat institutionnel et appelle à manifester vers le palais présidentiel. Abdoulaye Wade est bien autorisé à briguer un troisième mandat. Les candidatures de douze autres personnalités, dont des anciens Premiers ministres passés à l’opposition ont également été validées.

 

Dès l’annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature du président sénégalais, Abdoulaye Wade, les manifestants présents place de l’Obélisque ont commencé à courir dans plusieurs directions et à laisser éclater leur colère. Des jeunes ont mis le feu à des pneus, des tables pour constituer au milieu de la chaussée des barrages de fortune et les accrochages ont commencé avec la police : jets de pierre contre gaz lacrymogène.

Les violences ont duré jusque dans la nuit. « Wade n’a qu’à s’en aller, il faut dégager » hurlaient à la lumière des flammes des jeunes manifestants rencontrés dans le quartier populaire de la Medina. «Nous avons entendu que sa candidature a été validée par le Conseil constitutionnel, nous dénonçons cette énième violation de la Constitution » expliquait un autre avant d’ajouter « la seule voie qui permette de pousser le président Wade à reculer, c’est d’occuper la rue ».

En toute fin de soirée, les leaders du mouvement du 23 juin (M23) qui rassemble des partis d’opposition et des organisations de la société civile se sont discrètement réunis au domicile de l’un d’eux. Ils affirment que leur mouvement a été infiltré par des éléments qui ont semé la violence, et annoncent qu’ils déposeront un recours devant le Conseil constitutionnel. Ils ont prévu de se retrouver, aujourd’hui, samedi pour voir comment amplifier ce qu’ils appellent une résistance citoyenne active.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE