Partager

L’idée d’une candidature à la prochaine présidentielle se précise de plus en plus chez Aïda Mbodj. Investie par ses amis de Rufisque, elle dit croire en son étoile. Mais le Parti démocratique sénégalais (Pds) ne compte pas la laisser faire.

 

C’était la tension à Rufisque où Aïda Mbodj a tenu meeting sans l’aval de la direction du Parti démocratique sénégalais (Pds). D’ailleurs, les responsables du Pds dans le département ont tenté de s’opposer à la tenue du meeting. En vain. Mieux, Aïda Mbodj et ses amis comptent présenter leurs propres listes aux prochaines législatives si le Pds ne fait pas d’elle sa tête de liste. Et l’ancienne présidente du Conseil départemental de Bambey sait pourquoi elle bénéficie de la sympathie de beaucoup de Sénégalais.

 

«Je suis la première cible de ce régime. Quand il a fallu, sur la désignation de mon père Abdoulaye Wade, prendre la tête du groupe parlementaire libéral, on m’a refusé cet honneur. Il a fallu que je me batte pour accéder à cette stature», rappelle-t-elle. Avant d’ajouter : «Quand en 2014, je me suis battue contre des ministres en fonction. J’ai devancé Benno Bokk Yakaar de 3 mille voix, j’ai devancé l’autre ministre qui gérait trois ministères de 12 mille voix. Quand je les ai battus, ils se sont organisés, ils ont investi de l’argent chez moi. Mais à Bambey, il y a des ‘’Garmi’’, des nobles qui refusent la corruption. Je suis un des rares adversaires de ce régime qui a été l’objet d’un plan. Le pouvoir a organisé la Grande offensive pour la liquidation d’Aïda Mbodj (Golipam).» Selon elle, il y a du côté du pouvoir une «obsession à détruire un adversaire qui s’appelle Aïda Mbodj». «Vous venez de m’investir, mais l’adversaire m’a déjà investie», dit-elle. Et Aïda Mbodj de souligner : «C’est parce que le pouvoir s’est acharné sur moi que je bénéficie aujourd’hui de la sympathie et de l’espoir que j’incarne.» Comme pour convaincre de sa bonne étoile, elle dit incarner l’espoir de beaucoup de Sénégalais et même de démocrates africains.

 

Cependant, Aïda Mbodj va devoir batailler ferme pour convaincre le Parti démocratique sénégalais (Pds). «Mme Mbodj et ses alliés disent qu’ils vont avoir une liste lors des élections prochaines. Elle se sent même investie de la confiance de certains Sénégalais. Nous, nous avons investi clairement, nettement et de manière très audible Karim Meïssa Wade», a tenu à rappeler Ahmet Ndir, responsable Pds à Rufisque. Il ajoute : «Mme Mbodj a été parmi les gens qui ont investi Karim Wade. Si elle veut faire machine-arrière, elle en a le droit. Mais elle doit s’assumer. Dans ce pays, nous connaissons des gens très versatiles, mais nous n’accepterons pas qu’elle utilise Rufisque pour faire de l’amalgame.» Et d’accuser : «Le régime est en train de jouer sa dernière carte pour mieux déstabiliser le Pds. Et cette dernière carte est Aïda Mbodj.

LAISSER UN COMMENTAIRE