Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La défense a cette fois-ci brandi l’argumentaire de la violation manifeste de l’immunité parlementaire de leur client. Arguant que c’est cette absence de base légale qui serait visée par la Cedeao.

Publicité

« Une détention ne peut pas être légitime s’il y a une violation grave des lois », a dit Me François Sarr. L’avocat de la défense a essentiellement axé sa longue plaidoirie sur les compétences de la cour de justice de la Cedeao. Il précise verbatim, qu’ils (avocats de la défense) ont saisi la cour en raison de la violation de l’immunité parlementaire de leur client, Khalifa Sall. « La définition du caractère arbitraire par la cour de justice, c’est que la détention de Khalifa Sall n’a pas de base légale en ce sens que la levée de l’immunité parlementaire suppose que la personne soit libre », a-t-il expliqué. Pour conclure, Me Sarr demande à nouveau la libération d’office de son client, Khalifa Ababacar Sall.

Publicité

Assane SEYE-Senegal7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE