Partager
Une délégation du Mouvement des forces vives du 23 juin (M23) a rencontré une équipe de l’Union européenne (UE) dirigée par la représentante à Dakar,  Dominique Dellicour. Au cours de la rencontre, les employés de l’UE se sont limités à écouter et à prendre note. Les messagers du M23 ont abordé trois questions qu’appelle le contexte actuel de crise sociopolitique. Le premier point a consister à réaffirmer que la candidature du chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade, était anticonstitutionnelle. Dans un deuxième temps, ils ont abordé les violations des droits de l’homme, les meurtres, déstructions des biens, arrestations arbitraires ( Barthélémy Dias, Thierno Bocoum, Malick Noël Seck…) consécutifs à la crise politique qui secoue le pays. En troisième et dernier point, la délégation a rapporté ce que le M23 attend de la communauté internationale. Il s’agit notamment de pressions sur Abdoulaye Wade pour l’amener à respecter la Constitution et à retirer à sa candidature. L’Union européenne a pris note et va remonter l’information à Bruxelles mais également essayer d’en toucher mot à Wade, le cas échéant.

LAISSER UNE RÉPONSE