Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Madické Niang, candidat à la prochaine présidentielle puise dans les réserves de l’Alliance pour la République (Apr) et de Bokk Guis Guis pour se requinquer. Il décroche d’ex membres des deux partis. 

Coordinateur général de Bokk Gis Gis à Ndoffane, Cheikh Oumar Sarr a fait savoir: «Si, on a décidé de rallier Madické Niang, c’est parce que c’est un homme de valeur qui a de la dignité et du courage. Et nous nous reconnaissons dans le projet de société ‘‘Jam ak kheweul”», dit-il. Selon lui, le plus grand problème de Ndoffane et du département, c’est la politique de l’emploi des jeunes. Il avance que beaucoup d’entre eux ont fait des formations et se sont retrouvés sans emploi.

«Les femmes sont dans les maisons. Nous voulons leur autonomisation à travers des activités génératrices de revenus. Le 3ème âge de Ndoffane n’est pas concerné par plan sésame. C’est pareil pour la Couverture maladie universelle (Cmu), qui ne marche pas, parce que nous continuons de payer pour nous soigner. Et à Ndoffane, il y a toujours des abris provisoires», a exposé Cheikh Oumar Sarr. «A chaque période de campagne, nos autorités viennent nous solliciter. Mais une fois élues, elles nous tournent le dos. Si nous avons décidé de rallier Madické, c’est parce que nous avons confiance en lui», explique-t-il.

Ancienne militante de l’Apr, Seynabou Hanne a pris la parole pour dire pourquoi elle a quitté le parti présidentiel : «Quand je travaille avec quelqu’un je le fais dans la dignité, le courage, et le respect. Je me suis sentie abandonnée. Je n’aime pas qu’on piétine mes droits. Quand j’ai écouté Madické Niang, j’ai su que c’est un homme de parole, de valeur et j’ai décidé de quitter Apr pour lui», a-t-elle expliqué.

Publicité
Publicité

Le coordinateur des jeunes de son ancienne formation politique, Pape Sarr, lui aussi souligne: “Je parle au nom des jeunes du département de Kaolack. Nous avons constaté qu’à chaque campagne, les politiciens viennent nous faire des promesses, distribuent des T-shirts et nous font courir de gauche à droite à la recherche d’électeurs. Une fois élu, ils nous oublient. Nous avons décidé d’arrêter tout ce jeu. On est fatigués d’être trompés. Nous sommes sentis délaissés et négligés alors que le plus grand électorat, c’est les jeunes».

Revigoré par ces soutiens, le candidat de la coalition Madické2019 a affirmé: «Je ne suis pas politicien. Je suis venu dans la politique par effraction. Depuis que je suis avec Abdoulaye Wade, je n’ai jamais pensé le quitter. Je ne suis pas une personne qui déçoit. Je préfère rester seul que d’être avec des gens dont l’aboutissement finira mal. Je ne suis pas là pour vous faire porter des Tee-shirts et vous faire tourner dans tout le pays pour vous oublier après. Non! Je ne suis pas ce genre de personne », a éclairé l’avocat. Avant de signaler: «J’ai entendu vos doléances et je ferais mon possible pour mieux développer la politique d’emploi. Mais, pour trouver du travail, il faut d’abord être formé. C’est mon crédo et j’y crois», précise l’ancien ministre de la Justice.

Abdou Khadre MBOUP-SENEGAL7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE