Partager

La banque mondiale vient de publier son rapport sur l’urbanisme en Afrique. Et il ressort de ce document, qu’en raison de leur essor, démographique, les villes africaines sont vouées à jouer un rôle capital dans la croissance de, leur pays. Cependant, afin d’accélérer la croissance économique, de créer des emplois et d’améliorer la compétitivité des villes, il est indispensable d’améliorer la vie, des citadins et des entreprises en  investissant vigoureusement dans les infrastructures et en renforçant le marché foncier.

« Pour que leur essor rime avec croissance économique, il faut ouvrir les villes africaines au monde. La population urbaine en Afrique s’élève actuellement à 472 millions d’habitants mais elle va doubler au cours des 25 prochaines années pour attendre 1 milliards d’habitants en 2040. Et dès 2025, les villes africaines abriterons 187 millions d’habitants supplémentaires, soit l’équivalent de la situation actuelle du Nigeria », a renseigné le rapport.

Pour cela, le vice-président de la BM pour l’Afrique, Makhtar Diop indique : « l’Afrique a besoin des villes moins chères, mieux desservies et plus vivables. Ici, c’est essentiel d’améliorer les bénéfices économique et sociaux qui découlent de l’urbanisation, car la clé de la transformation des économies africaines réside notamment dans un développement urbain lieux maitrisé ».

D’après le rapport, « les cités africaines sont en effet 29% plus chères que celles des niveaux de revenus similaires. Les ménages urbains africains ont, proportionnellement au produit intérieur brut (PIB) par habitant, des coûts plus élevés que ceux d’autres régions du monde, sachant que ces coûts sont surtout grevés de logement supérieur de 55% à celle observées dans d’autres régions ».

A cela  s’ajoute le coût des denrées alimentaires, environs 35% plus chères que dans les villes d’Afriques que dans celles d’autres pays à revenu faibles ou intermédiaires ailleurs dans le monde.

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE