Partager

Le journal « enquête » révélait hier que 22 membres du Conseil d’administration de la Sénégalaise du droit d’auteur et du droit voisin (Sodav) ont soumis une lettre de révocation du directeur gérant de la Sodav à effet immédiat et suivie de mesures conservatoires, à la présidente du conseil d’administration. Pour les acteurs de l’industrie musicale, la PCA Ngoné Ndour est derrière cette mesure d’autant plus que ajoutent ’ils « le ministre de la culture avait averti du projet de révocation et  étant en voyage, a clairement demandé à  la  PCA de surseoir à la mesure en attendant son retour au Sénégal ».
« L’absence de niveau de la PCA qui est en dessous de la fonction qu’elle occupe » selon l’AIM, est la raison de cette mesure de révocation « afin de masquer des carences et des inaptitudes » lit-on sur la note.
« Cette incompétence de la PCA est un danger à cause des risques de manipulation par les politiciens de la culture tapis dans l’ombre. En réalité ce manque de niveau est à l’origine du blocage des répartitions. Malgré le travail du DG et du personnel qui ont collecté suffisamment d’argent en 3 mois pour faire une bonne répartition. À noter également à l’actif de la PCA une passation de service en catimini sans aucun représentant officiel avec Abdoul Aziz Dieng. Ce qui nous fait soupçonner un deal pour masquer l’utilisation du fonds social de l’ex BSDA » ajoute la même source.
Pour finir et contre ce complot, l’AIM d’exiger l’arbitrage de l’Etat…

LAISSER UNE RÉPONSE