Partager

À Rufisque, les familles qui sont sur emprise du Train express région(Ter) sont toujours dans la colère. Elles ne cessent de multiplier des sorties pour fustiger les indemnisations proposées par l’Etat à travers l’Agence de promotion des grands travaux (Apix). Même s’ils disent ne pas être contre le projet, ces impactés du Ter ne veulent pas être des sans abris

Depuis quelque temps, l’inquiétude est grande chez les nombreuses personnes affectées par les grands projets de l’Etat, en cours de réalisation. Il s’agit du Train Express régional, du Port minéralier de Sendou et de la Centrale à Charbon de Bargny Miname. A Rufisque, les familles qui sont sur emprise du Train express régional, multiplient les sorties pour fustiger les indemnisations proposées par l’Etat à travers l’Agence de promotion des grands travaux (Apix.) ils jugent dérisoires ses impenses et soulignent qu’ils ne sont pas contre le projet, mais ils ne veulent pas être des sans-abris. « Avec ses montants nous n’arrivons pas à payer une maison ou une autre place d’affaires. Ce que nous souhaitons, c’est que l’Etat reconsidére ses indemnisations », expliquent-ils.

Même inquiétudes du côté du village de Miname, aujourd’hui coincé entre la mer qui avance et la marge de sécurité de la Centrale à charbon. Hier, ses habitants en bordure de mer ont manifesté leur colère à travers un rassemblement. Ils invitent l’Etat à les édifier sur leur sort, car ils ne pourront pas cohabiter avec cette centrale qui va bientôt démarrer ses activités. De l’avis de Gougna Béye, président du collectif, il faut un recasement des 200 familles de la localité. Ils déplorent aussi l’absence de concertations autour de ce projet et la mainmise sur leurs terres qui constituaient la zone d’extension de Miname. A Sendou, les populations ont accueilli hier le Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop. Elles campent sur leur position et refusent d’assister à un empiétement de 250 mètres dans leur localité, par le projet. Abdoulaye Makhtar iop invite les autorités au respect de la conditionnalité culturelle exigée par la Banque mondiale qui finance les grands projets de l’Etat. Toutefois, il se dit prêt à porter le combat des membres de sa communauté.