Partager

Malgré la mise en œuvre d’un plan stratégique et les milliards reçus de l’Etat du Sénégal, la Société d’aménagement de la Petite Côte (Sapco) peine à atteindre ses objectifs. Dans cet entretien accordé à EnQuête, Bocar Ly revient sur l’endettement de la structure qu’il dirige, le litige qui le lie à l’hôtel Savana, son fonctionnement

En 4 ans, la Sapco a reçu 16 milliards de F CFA de subvention de la part de l’Etat du Sénégal. Quel résultat pouvez-vous présenter au grand public pour qu’il sache que vous méritez l’argent du contribuable?

Les 16 milliards dépassent les 4 ans auxquels vous faîtes référence. Si on ouvre les archives, on constatera que c’est bien avant que je n’arrive à la tête de la direction. La question n’est pas si la Sapco mérite ou ne mérite pas cet argent. En réalité, la Sapco a besoin d’au moins un milliard de F CFA pour fonctionner. C’est le minimum. Et depuis très longtemps, cela a été toujours le cas. D’ailleurs, le budget de fonctionnement de 2012 en est une parfaite illustration.

Ça, c’est le bilan financier (il brandit un document), je n’invente rien. Je vous montre le total des charges d’exploitation de la Sapco. En 2012, ces dernières étaient estimées à un milliard neuf cent soixante dix mille francs Cfa. Cet argent a été utilisé pour payer les  salaires et autres… En 2011, c’était un milliard deux cent mille francs Cfa. Les recettes de la Sapco c’est-à dire, le produit de l’exploitation, s’élèvent à un milliard huit cent vingt neuf mille francs. Donc, on ne peut pas faire face à des charges d’un  milliard, si la source des recettes a été amputée.

Vous avez un budget de fonctionnement de 500 millions de francs Cfa par an, malgré tout, vous ne cessez de solliciter auprès du conseil d’administration l’utilisation du budget d’investissement pour faire face aux charges. Pourquoi ?

Est-ce-que les 500 millions suffisent pour remplacer 1 milliard de recettes ? C’est la question, elle est  là ! Pour fonctionner correctement, nous avons besoin de plus que ça. Si on parvenait à avoir au moins 1 milliard de F CFA, on pourrait payer les salaires et faire face aux charges d’exploitation. Sur  le milliard que nous réclamons, l’Etat nous donne uniquement 500 millions F CFA. Les subventions d’investissement prennent normalement en compte les besoins de gestion des domaines. En réalité, si aujourd’hui on vous donne de l’argent pour réaliser des projets dans les autres entreprises, c’est au moins 25% qu’ils mettent pour assurer la gestion des projets. Nous, nous n’avons même pas demandé 10%. Voilà la réalité des faits.

Quelle est, aujourd’hui, la principale difficulté de la Sapco ?

La principale difficulté de la Sapco, c’est le fait qu’on ait rendu le bail et que les nouveaux projets ne sont pas prêts. On n’a pas les recettes pour faire face aux besoins de la Sapco. La Sapco qui est une société nationale devrait être une entreprise rentable. Une société dont le fonctionnement est équilibré doit avoir recettes et dépenses. Notre source de recettes principales c’était le bail de Saly, mais on ne l’a plus. Les dépenses sont toujours là. La subvention que l’Etat nous donne n’est pas équivalente à ce qu’on pouvait attendre des recettes. C’est largement en dessous.

Les conflits avec Savana semblent plomber la Sapco. Or, vous devez 1,4 milliard F CFA à cette entreprise qui demande aussi 30 milliards de dommages et intérêts. Où est-ce que vous en êtes avec ce dossier ?

Le chiffre n’est pas exact. Il y a une condamnation de la Sapco qui est de 1,3 milliard F CFA et les astreintes. Maintenant, que  Savana demande 30 milliards de dommages et intérêts, je n’ai pas cette information-là. Je sais qu’il y a une condamnation et la Sapco va payer. Mais aujourd’hui, elle n’est pas en mesure de le faire.

Quelles sont les conséquences de ces litiges sur vos activités ?

Ça nous bloque dans le recouvrement de nos avoirs. Ça nous empêche de dormir. Quand on est condamné, on est condamné. C’est une condamnation et toute condamnation doit être exécutée. Nous cherchons les solutions avec l’Etat. L’année dernière, on espérait que l’Etat allait nous aider à régler ce problème. Maintenant, on est en négociation avec le ministère de l’Economie et des finances et du plan. On espère régler ce litige dans les plus brefs délais.

La gymnastique bancaire à laquelle vous vous livrez avec la Sgbs grâce à un découvert spécial coûte cher. Sur une prévision de 875 000 francs CFA, la Sapco a payé finalement 4. 937 393 francs, soit 564,27% de taux d’exécution. C’est énorme non ?

C’est aussi méconnaître comment fonctionnent les sociétés. Les sociétés d’Etat n’ont pas vocation à déposer leur argent  dans des comptes bancaires. On ne va pas prendre l’argent de l’Etat pour le mettre dans les comptes de privé. On préfère le laisser dans les caisses de l’Etat pour qu’il puisse régler ses problèmes. Même si on dit qu’on a tant de milliards dans nos caisses, c’est dans les caisses de l’Etat. Maintenant pour les besoins de fonctionnement, on alimente nos comptes. Pour cette alimentation, on le fait de façon intelligente. Avant de payer par exemple, les salaires, il faut les verser dans nos comptes. Parce que les salaires sont ventilés par les banques pour qu’il n’y ait pas de dysfonctionnements et qu’on puisse les payer à temps. Si l’autre chèque n’est pas arrivé, on procède à un découvert qui nous permet de régler à temps les salaires et que ça soit remboursé tout de suite. Ça, c’est ce que font toutes les sociétés d’Etat.

Les pertes de la Sapco sont importantes, la dette aussi. Mais comment expliquer ce chiffre de 5 567 748 000 francs de dette financière diverse uniquement pour l’année 2015 ?

Les pertes ont commencé en 2012, quand le bail a été rendu parce qu’il n’y avait plus de recettes. En 2012, la Sapco a accusé une perte de 58 millions. Ensuite en 2013, on a perdu 810 millions 757 mille 740 F Cfa. Je n’étais pas là. En 2014, la perte était de 881 457 614 et la aussi je n’étais pas encore là. Il faut cumuler toutes ses pertes  pour savoir la somme exacte. En 2015, la perte a diminué. Ça, c’est ma première année de gestion. On n’a pas encore le bilan financier de 2016, mais elle est encore moindre. On a fait un chiffre d’affaires plus important en 2016.

Les pertes s’expliquent par les dettes que les gens nous doivent. On nous doit de l’argent. Si ce n’est pas payer au bout de deux ans, on le met en position et ça rentre dans les pertes. Mais on a moins de pertes car,  le chiffre d’affaires monte. Par exemple en 2015, le chiffre d’affaires était de 52 millions F CFA. Cette année, on a quand même fait un chiffre d’affaires de 200 millions de francs CFA. A part celles dues à Savana, nous n’avons pas d’autres dettes. Nous n’avons pas emprunté de l’argent. On ne doit rien à personne, sauf au Fisc à qui on doit des arriérés qui datent de longtemps. C’est-à-dire, avant mon arrivée à la direction de la Sapco.

Lors d’un CA, vous avez dit ‘’’que le meilleur schéma serait de confier l’aménagement à CSE et le développement à REMSA’’. Vous dites avoir introduit une demande de restitution du bail de Saly. Voulez-vous remettre en cause le plan d’action 2016-2017 ?

Le plan d’action, je l’ai mis en place, je ne peux pas le remettre en cause. C’est faux. Quand on s’est rendu compte que les fonds nécessaires pour la viabilisation de Pointe Sarène n’étaient pas disponibles et que l’Etat ne mettait pas à notre disposition tous les fonds, on a dit qu’on va chercher des partenaires pour préfinancer l’aménagement technique et financier. On a demandé à des privés de venir avec nous pour qu’on fasse un projet global où il y aura l’aménagement et le développement. Nous avons trouvé 4 à 5 offres de gens qui étaient prêts à préfinancer des aménagements et à réaliser des projets. Parmi ces offres, il y a celle de CSE qui prend aussi en compte la route Mbour-Joal et 20 kilomètres de route à Mbour. Et je m’étais battu pour que cette offre passe.

Ça devait régler le problème de l’accessibilité Mbour-Joal et un problème de la ville de Mbour qui me tient à cœur. Et ça règle le problème de Pointe Sarène, qui est ma principale option. Donc, je voulais que cette offre de CSE puisse être acceptée par l’Etat. REMSA, qui est un groupe franco-italien, a fait une offre globale sur le projet qui prend en compte l’aménagement entière du site de Pointe Sarène, la construction des 5 hôtels, des 120 villas, des clubs sport, du club loisir, des centres commerciaux. REMSA était prêt à dépenser plus de 200 milliards. Mais, il demandait à la Sapco un apport de 10 milliards. L’offre me semblait trop belle pour être vraie, mais je voulais y aller. Et je voulais avoir la garantie que mes routes et mes réseaux se fassent. C’est pour cela que j’ai dit que je prends CSE et le reste je le confie à REMSA.

Il se pose un problème de compréhension des textes qui régissent la société. N’est-il pas temps de clarifier le statut juridique de la Sapco ?

Il n’y a aucun problème. Aucun problème, on s’entend parfaitement bien sur tout ce qui régit la Sapco. Je ne sais pas qui veut créer un problème d’incompréhension. Et je ne vois pas où se situe le problème.

Quelles sont vos relations avec la Société d’aménagement des sites touristiques, la Direction des études et de la planification (DEP) et la Direction des investissements et de la promotion touristique (DIPT) qui semblent avoir les mêmes missions que la Sapco ?

En réalité, des gens cherchent à mettre des bâtons dans les roues du ministre. Le ministère joue pleinement son rôle, nous jouons pleinement le nôtre. Nous nous complétons. Nous n’avons aucun problème. Nous sommes tous sous la tutelle du ministre du Tourisme. Quand on fait des démarches on le saisit, on l’informe, on discute avec lui. Il nous donne ses orientations et on exécute. L’investissement du tourisme ça ne s’arrête pas seulement aux projets, c’est beaucoup plus large. Nous n’avons pas la prétention de tout faire et nous n’allons pas à l’encontre des orientations définies par le ministre.

Vous dirigez une société déficitaire, à la limite budgétivore qui a du mal à faire des résultats positifs. Comment pouvez-vous justifier, dans un tel contexte, l’augmentation du salaire du DG à 3 millions et celui du PCA à 2 millions ?

Il n’y a pas eu d’augmentation. Mon prédécesseur (Ndlr Paul Faye) avait augmenté son salaire, il gagnait 5 millions. Moi, quand je suis arrivé, je l’ai ramené à 3 millions. Le salaire du PCA, je l’ai remis à son niveau, c’est-à-dire 2 millions. Il n’y a pas eu d’augmentation.

De quelle liquidité financière pouvez-vous vous prévaloir pour porter les jetons de présence des administrateurs de 25 000 F à 150 000 CFA en 2013, puis a 200 000f CFA par séance, depuis 2015 ?

En 2013, je n’étais pas là ; donc l’augmentation de 25 000 à 150 000 F CFA, ce n’est pas moi. En 2015, quand je suis arrivé, j’ai trouvé les jetons ainsi. Et j’ai continué à payer ce que j’ai trouvé. Je n’ai ni augmenté, ni diminué et je sais que dans les autres CA, les gens gagnent plus. Nous faisons partie de ceux qui paient le moins leur conseil.

Pourquoi accorder des jetons de présence au représentant du contrôleur financier qui n’est pas parmi les administrateurs ?

Ça c’est réglé. C’est quelqu’un qui participe activement au conseil, qui joue pleinement son rôle. Je pense qu’il méritait ça en tant qu’acteur. Maintenant, si les textes disent qu’il ne doit pas être payé, alors on applique les textes. Depuis qu’on a soulevé la question en CA, on ne le paye plus. On l’a fait une fois ou deux après tout est rentré dans l’ordre.

LAISSER UN COMMENTAIRE