Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La machine libérale mise en branle a exclu Madické Niang du Pds, et lui a exigé de rendre son mandat de député acquis sous la bannière du Pds. Me Madické Niang a pris les devants en écrivant au Président de l’Assemblée nationale pour quitter l’hémicycle. Ainsi, son divorce avec le Pds sera consommé et ses relations de plus de trois décennies avec Wade prennent fin. Si j’étais Madické Niang, je n’allais pas défier Wade pour penser postuler à la présidentielle.

Madické a poussé le bouchon trop loin

Tout compte fait, si j’étais Me Madické Niang, je n’allais pas défier Wade dans sa décision de boycotter la présidentielle pour sacrifier tant d’année de compagnonnage. Car, rien ne valait la peine de quitter le Pds et perdre la confiance de Wade et être exclu du Pds de l’hémicycle.

Et enfin, si j’étais Madické Niang, je n’allais même pas envisager une carrière politique hors du Pds, sacrifiant ainsi des décennies de compagnonnage avec Wade. Car, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

L’escalade verbale entre Abdoulaye Wade et Me Madické Niang, sur le feuilleton concernant le PDS et Karim Wade, est montée d’un cran.

La lettre Salée de Wade à Madické …

Aussitôt que des informations relayées par la presse annonçant que Me Madické Niang est soupçonné d’être derrière les signatures écrites par certains parlementaires pour demander à Me Wade de choisir un plan B pour la prochaine présidentielle, ce dernier est vite monté au créneau pour mettre le Président du Groupe parlementaire Liberté et démocratie à sa place. Dans une déclaration, l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade qui pense que Me Madické Niang a entamé une opération de trahison, a décidé de le vilipender auprès des militants et annonce qu’il n’y aura pas de plan B.

«Maître Madické Niang a décidé de se mettre en face du parti et en face de son Secrétaire Général que je suis. Je regrette seulement qu’il n’ait pas choisi une forme plus élégante d’exprimer ce qui est un libre choix et un droit que personne ne lui conteste, en venant me voir et, dans un tête- à-tête où Allah serait notre seul témoin, m’annoncer courageusement sa décision d’aller tenter sa chance ailleurs. Compte tenu des relations que nous avions entre nous, j’étais en droit de penser qu’il n’aurait jamais choisi la forme du coup de poignard dans le dos. Et surtout d’aller susciter une lettre que certains responsables dont le nom figure au bas de la lettre, d’après leurs déclarations, n’ont pas signée, même s’il y a eu conversation téléphonique», a déploré Wade.

Et de poursuivre : «je déclare à ceux qui ont signé que, jusqu’à preuve du contraire, je les considère comme étant de bonne foi, à l’exception de Thiobane, militant marginal au Sénégal comme il le fut à l’UJTL à Paris, maillon faible qui a été utilisé délibérément par Maître Madické Niang, à l’insu des signataires.

Je veux effacer tout doute dans l’esprit des militants. Le Congrès, librement et démocratiquement, avait choisi son candidat et m’avait chargé de le soutenir. Devant les exigences de Macky Sall qui nous somme de changer de candidat le Parti a toujours répondu ferment Non. Macky doit respecter notre choix.

Nous en sommes là. Il n’y aura pas de plan B. Nous contraindrons Macky à respecter le choix de notre parti. Si certains, pour des raisons qui leur sont propres, décident de se plier devant la volonté de Macky Sall, qu’ils aient le courage d’assumer clairement leur choix, sans tenter de jeter le trouble dans nos rangs. Cette manœuvre ne passera pas».

A en croire Wade : «ce ne sera pas la première fois qu’un ou des hauts responsables du parti choisissent de nous lâcher en plein combat. Je doute fort que Madické réussisse là où tous les autres, jusqu’ici, ont lamentablement échoué. En ce qui concerne le différend qui m’oppose à lui, je le laisse entre les mains d’Allah qui voit tout jusqu’au fond des cœurs et dont le Tribunal est au-dessus de tous les tribunaux de la terre».

…Madické réplique

«Au moment où je m’apprêtais à envoyer un communiqué pour démentir toute forme d’implication dans l’initiative engagée par Monsieur Thiombane dont j’ai pris connaissance à travers la presse, une lettre signée Abdoulaye WADE Secrétaire Général national est publiée dans la presse en ligne.

Publicité

Grande est ma déception en parcourant les lignes de cette lettre. Je suis profondément malheureux de me rendre compte que, malgré toutes les épreuves que nous avons traversées et toutes mes manifestations d’affection profonde pour sa personne, le Président WADE ait pu de se tromper sur mon compte », avait déclaré Madické Niang.

Publicité

«En effet, dans sa lettre il a invoqué le TOUT PUISSANT en disant qu’il laissait tout entre Ses Mains. Je voudrais lui dire que je suis très à l’aise dans ce registre. En ce qui me concerne, je jure devant Dieu et devant notre Guide éclairé Khadimou Rassoul, que je n’ai jamais trahi Abdoulaye WADE et que je ne suis ni de près ni de loin mêlé à l’initiative de Thiombane que je n’ai jamais rencontré et avec qui je n’ai parlé pas une seule fois.

Pour la première fois, je n’arrive pas à comprendre les motivations de la démarche d’Abdoulaye WADE d’autant plus que je l’ai déjà saisi d’une lettre confidentielle datée du lundi 03 septembre 2018 qui lui a été personnellement et directement adressée, lettre à laquelle il n’a fait aucune référence et qui, à ce jour, n’a enregistrée de sa part aucune réaction. J’avais choisi cette voie directe et confidentielle parce qu’il s’agit pour moi d’une question importante pour l’avenir du Sénégal qui mérite une réflexion profonde et lucide. Le connaissant je pensais que c’était le meilleur moyen de l’emmener à réfléchir sur mes motivations et de susciter un dialogue direct en me demandant de venir à Doha comme il le faisait à chaque fois que nous devions examiner des questions importantes », a laissé entendre Madické Niang.

Avant de déclaré : «peut-être ai-je eu tort de penser à sortir mon Parti de l’impasse en proposant une candidature de recours en cas de nécessité ce qui est différent de l’initiative de Thiombane. Soit dit en passant bien que parmi les signataires certains me sont proches ces derniers ne m’ont consulté ni informé de leur décision qu’ils ont prise en toute liberté. Je pardonne à Abdoulaye WADE de m’avoir prêté des intentions qui sont loin d’être miennes et je prie le TOUT PUISSANT, par la grâce de Khadimou Rassoul, qu’il l’éclaire afin qu’il comprenne qu’il s’est complètement mépris sur mon compte. Je laisse ainsi les Sénégalais juger et tout en étant sûr qu’ils ne sauraient se tromper sur ma loyauté envers le Président Wade et mon désir profond d’être toujours à son service. Je lui rappelle les conclusions de la lettre que je lui adressée le 03 septembre 2018 où je disais que : «Je ne saurais terminer sans faire le serment devant Cheikh Ahmadou Bamba notre Guide à tous les deux que je resterai toujours un frère, un ami, un dévoué et que rien ni personne ne pourra jamais altérer notre relation».

A l’origine du divorce, la candidature de Karim Wade

Sur instruction du père fondateur du Pds, les libéraux ont sorti une déclaration à quelques encablures de la dernière présidentielle pour réitérer que Karim Wade sera bel et bien leur candidat pour cette élection et excluant de facto un plan B qui revendiquait Madické Niang.

Alors, président du Groupe parlementaire «Liberté et démocratie», Me Madické Niang ne compte pas abdiquer et déclare officiellement sa candidature. Soulignant par ailleurs que : «je m’investirai pleinement pour la sauvegarde du Pds qui est un patrimoine national et qui ne doit, en aucune manière, être absent de la présidentielle de 2019». Ce que Wade ne veut pas entendre.

Madické Niang clôt le débat…

Et c’est en pleine campagne électorale en février dernier que Madické Niang a fait le point avec les journalistes de sa caravane. Candidat de la coalition «Madické 2019», il a décidé d’arrêter toute polémique, de ne plus répondre aux questions concernant Me Abdoulaye Wade. «Je n’aimerai pas que l’on parle tout le temps de Me Wade. Je ne parlerai donc plus de Abdoulaye Wade».
Avant de laisser entre : «je voudrais que les sénégalais m’entendent. J’ai dit tout ce que j’avais à dire sur Me Wade. Je ne commenterai plus ses décisions. Je suis arrivé à un niveau où je m’adresserai seulement aux sénégalais».

En effet, si j’étais Madické, je n’allais pas forcer le destin. Car, au moment où des leaders politiques comme Ousmane Tanor Dieng comptent laisser la place aux jeunes loups aux dents longues, il n’est pas urgent avec l’âge de mettre en péril des années de compagnonnage avec Wade. Aujourd’hui, la recomposition de la classe politique Sénégalaise est tellement vraie que des gens comme Ousmane Sonko ont fait des prouesses lors de la dernière présidentielle.
senegal7

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE