Partager

L’Arabie saoudite a exécuté ce samedi 2 janvier 2016, 47 personnes condamnées pour terrorisme, dont le haut dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr, figure de la contestation contre le régime, a annoncé le ministère de l’Intérieur saoudien. Selon l’agence officielle saoudienne, SPA, qui cite le ministère de l’Intérieur, le neveu de ce dernier, Ali al-Nimr, mineur au moment de son arrestation, ne figure pas parmi les personnes décapitées dans douze villes différentes du royaume.

Le cheikh Nimr al-Nimr, 56 ans, opposant farouche de la dynastie sunnite des Al-Saoud, figure emblématique d’un mouvement de contestation qui avait éclaté en 2011 dans l’Est de l’Arabie où vit l’essentiel de la minorité chiite, avait été condamné à mort en octobre 2014 pour sédition, désobéissance au souverain et port d’armes par un tribunal de Ryad spécialisé dans les affaires de terrorisme. Il avait été arrêté en juillet 2012 lors d’une intervention musclée et deux de ses partisans avaient été tués.

L’Iran, puissance chiite dont les relations sont tendues avec l’Arabie saoudite, avait, à plusieurs reprises, mis en garde contre l’exécution du dignitaire chiite. Mais les autorités saoudiennes sont finalement passées à l’acte.

Parmi les personnes exécutées samedi figurent aussi des sunnites condamnés pour leur implication dans des attentats meurtriers revendiqués par le groupe jihadiste Al-Qaïda en 2003 et 2004, ainsi qu’un Egyptien et un Tchadien. Dans la liste des exécutés figure également Fares al-Shuwail que des médias saoudiens ont présenté comme un leader religieux d’Al-Qaïda en Arabie saoudite, arrêté en août 2004.

LAISSER UNE RÉPONSE