Partager
ANNONCE

La Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication a notifié lundi au directeur de la chaîne de télévision LCF et de radio City FM le retrait de leurs fréquences. La HAAC accuse les deux chaînes de n’avoir pas suivi la procédure normale d’attribution des fréquences.

Près de dix ans après leur création la chaîne de télévision LCF et la station de radio City FM ont dû arrêter d’émettre depuis ce lundi soir. Selon la décision de la HAAC qui notifie le retrait des fréquences, les deux chaînes n’ont obtenu aucune autorisation au démarrage de leurs activités. « La HAAC ne dispose pas de dossier LCF et City FM. Ce n’est pas une sanction. Nous disons allez refaire un dossier et on va voir. On ne peut pas continuer à cautionner parce que ça fait longtemps », explique Pitang Tchalla, président de la HAAC.

Pourquoi faut-il arrêter d’émettre avant de refaire le dossier si tant est qu’il n’en existe vraiment pas à la HAAC ?, s’interroge-t-on à la rédaction de LCF. Dans tous les cas, c’est une décision qui ne surprend guère le directeur des deux stations, Luc Abaki : « Nous ne sommes pas surpris parce que lorsqu’ils ont soulevé le débat, nous avons prouvé qu’en 2007, nous avions respecté toute la procédure réglementaire avant d’avoir les fréquences avec lesquelles nous avons travaillé pendant neuf ans. Qu’aujourd’hui la Haute Autorité de l’audiovisuel et de la communication nous dise que nous n’avons pas de dossier à son niveau, c’est quand même une curiosité. »

Une curiosité surtout qu’au sein de la HAAC, une voix dissonante s’élève : Zeus Aziadouvo, membre de l’institution de régulation de la presse, écrit qu’aucune plénière n’a encore décidé des retraits de fréquences aux deux médias. Une plénière du 18 janvier a précisé que LCF et City FM ont bel et bien leurs dossiers à la HAAC, écrit-il dans un courrier pour saisir la Cour suprême.

rfi

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE