Partager

En 4 ans, la SAPCO (Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques) a reçu des subventions cumulées de 16 milliards de francs CFA sans faire de résultats. La SAPCO est devenue aujourd’hui un gouffre financier.

Malgré ses grosses pertes économiques, l’Etat a continué de soutenir financièrement la structure chargée de l’aménagement et de l’aménagement et de la promotion des côtes et zones touristiques. D’ailleurs dans la loi des finances rectificatives, figure un montant d’un milliard de francs destinés aux travaux d’embellissement de la route d’accès de Saly Portudal.

Le Président de la République qui veut accorder une place prépondérante au tourisme dans sa politique économique ne lésine pas sur les moyens accordés à la SAPCO, bras technique de l’Etat en la matière. Mais il est peut-être temps pour le gouvernement de marquer une pause et de revoir le statut, la mission et le passif de l’entreprise tant les ressources allouées sont importantes et le résultat quasi-nul.

A son arrivée au pouvoir en 2012, le Président Macky Sall avait manifesté sa ferme volonté de relancer la SAPCO. Et pour cela, il s’est montré généreux à l’égard de cette structure à qui il a accordé des subventions dont le coût total fait un total de 16 milliards en 4 ans, soit une moyenne de 4 milliards par an. Avant le décaissement de ces sommes, un certain nombre de décisions destinées à libérer la SAPCO de toute contrainte ont été prises.

Mais aujourd’hui, l’Etat doit se pencher sur les conflits de compétence avec la SAST (Société d’aménagement des sites touristiques), une société qui a le même objet social, c’est à dire l’aménagement touristique.

De la même manière, il urge de s’attaquer aux rivalités entre la SAPCO et certaines directions du ministère du tourisme, particulièrement la DEP (Direction des études et de la planification) et la DIPT (Direction des investissements et de la promotion touristique) dont les missions principales d’élaboration des plans d’aménagement et de recherche d’investisseurs sont aussi celles de la SAPCO.

“On assiste aujourd’hui, outre les conflits de compétence entre les services, directions et agences à un véritable empiétement et une totale dilution des compétences de la SAPCO-Sénégal au profit de structures inopportunes et à mission redondante”, regrette une source qui accuse les différents ministres de tutelle de se livrer à des guerres fratricides.

LAISSER UNE RÉPONSE