Partager
ANNONCE

Après la démission de Michael Flynn, lundi, le nom de Robert Harward circulait pour le remplacer. L’ex-amiral a finalement décliné l’offre, avançant des raisons personnelles. D’autres sources évoquent un désaccord avec l’Administration Trump sur l’équipe avec laquelle il aurait travaillé.

La vacance de poste se poursuit. Le nom de Robert Harward était cité pour devenir le conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump. Mais l’ancien amiral a décliné le poste, qui reste donc vacant après la démission de Michael Flynn, lundi, mis en cause pour des contacts avec la Russie.

 

«Cette fonction requiert d’être disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et de bien le faire. Je ne pouvais pas actuellement m’y engager», a déclaré l’ancien membre des Navy Seal dans une déclaration lue sur CNN. D’après The Guardian, il a par la suite expliqué à l’agence AP que des raisons familiales et financières expliquaient sa décision. L’Administration Trump a été «très à l’écoute de mes besoins, à la fois professionnels et personnels», a-t-il affirmé. «C’est un problème strictement personnel», a assuré Robert Harward, faisant valoir son envie de «temps personnel» après 40 années de service.

Selon des sources à Reuters, pourtant, la décision ne serait pas uniquement liée à des motifs personnels mais à des désaccords sur les conditions. Robert Harward voulait pouvoir prendre en charge ce poste avec sa propre équipe, ce qui n’aurait pas été accepté.

Un nom qui circulait pour un autre poste

ANNONCE

Autre élément qui aurait pu jouer un rôle: le fait que le nom de l’ancien amiral ait été avancé bien avant la démission de Michael Flynn. D’après The Guardian, Harward aurait notamment été pressenti pour être l’un des cinq assistants spéciaux du président, une fonction qui donne un accès direct au bureau ovale.

Ce refus laisse non seulement vacant le poste de Michael Flynn, mais il crée aussi un précédent, souligne Slate: désormais, un professionnel sollicité par l’équipe de Donald Trump pourra d’autant plus facilement décliner l’offre.

Lors d’une conférence de presse au ton très offensif, jeudi, le président américain avait affirmé qu’il était en mesure d’avoir laissé Michael Flynn partir car il avait déjà quelqu’un en tête pour le remplacer. «J’ai quelqu’un qui, je pense, sera remarquable pour ce poste», a-t-il affirmé devant les journalistes, avant que le refus de Robert Harward ne soit annoncé par la presse.

Le conseiller Michael Flynn a annoncé sa démission, lundi, trois semaines après sa nomination, après des révélations sur ses contacts avec un diplomate russe concernant les sanctions américaines contre Moscou avant même l’entrée en fonction de Donald Trump. Dans sa lettre de démission, Michael Flynn a reconnu avoir «par inadvertance trompé le vice-président élu et d’autres personnes avec des informations incomplètes sur (ses) discussions téléphoniques avec l’ambassadeur de Russie». Le général à la retraite Joseph Kellogg assure depuis l’intérim.

 

SOURCE

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE