Partager

Dans sa réponse aux commentaires émis sur le discours de fin d’année à la National, Boubacar Diouf, coordonnateur National de la CIAR (Convergence d’idées Autour de la République) a invité les conseillers du président Macky Sall à moins mettre l’accent sur les chiffres dans le message du Chef de l’Etat. Voici l’intégralité de son texte parvenu à notre rédaction.

Le Président de la République nous a présenté ses vœux, il nous a dit la direction dans laquelle il voulait aller et ses autres attentes et ambitions pour le Sénégal de 2016. A sa suite, des sénégalais se sont rués vers les plateaux de télévision, avec la satisfaction affichée pour les uns et une remise en cause pour les autres de cette classe bavarde (chattering class, comme on les appelle aux Etats-Unis) où se retrouvent les mêmes experts et éditorialistes.

Pourtant, aussi bien dans son camp que dans les autres, je n’ai entendu un seul lui rendre la pareille, pressés qu’ils étaient d’en découdre. C’est pourquoi, je vais, avec votre permission, celle des citoyens, me permettre de réparer cette entorse aux obligations républicaines en lui présentant les vœux de bonne et heureuse année de votre part ; à lui, son épouse et sa Famille. On lui souhaite de plus en plus de clairvoyance dans les idées de manière à tirer le meilleur profit des opportunités qui s’offriront à lui pour nous mener vers ce Sénégal Debout que nous appelons de tous nos vœux.
Nous avons eu droit à un discours concis de trente minutes chrono, dans lequel l’essentiel de nos problèmes a été pris en charge, malgré quelques oublis. Il s’agit maintenant, pour le gouvernement, de faire correspondre le faire au dire.

Aux conseillers du Président, nous ‘’conseillons’’ de valider  moins de chiffres la prochaine fois pour rendre le discours plus digeste et de se méfier des chiffres qui viennent fraîchement de sortir des usines à les produire. Sans rentrer dans cette guerre des chiffres, largement animée par une majorité d’étroits d’esprit en panne d’arguments substantiels, nous nous contenterons de relever que l’administration des choses ne pourra jamais prendre le pas sur la délibération des hommes et des femmes de ce pays.
Nous sommes par contre d’accord avec le Président pour rénover notre démocratie. Nous lui demandons d’aller plus loin avec une profonde rénovation de notre république et de notre classe politique. Pour cette dernière, il s’agit simplement de ‘’nettoyer’’ notre paysage politique de ses ‘’professionnels’’ qui vivent de la crédulité de leurs concitoyens. Et ceci en accord avec Platon qui pensait qu’afin d’éviter l’intrusion dans le champ du politique des affairistes et ambitieux en tout genre, il fallait que la condition d’homme public apparaisse comme beaucoup moins enviable que celle de citoyen ordinaire.

Nous votons aussi pour l’amélioration de la gouvernance des affaires publiques en mettant le curseur sur la présence de l’Etat qui doit être repensée en fonction du constat d’une rupture profonde des médiations sociales, porteuse de fragilité des citoyens. Il s’agit simplement de faire confiance à l’intelligence collective des sénégalais et de ne pas laisser s’installer une fracture géographique qui peut devenir sociale ou culturelle et nous empêcher d’arriver à ce Sénégal de tous et pour tous.

A rebours, nous nous permettons de relever une impossibilité matérielle dans les intentions du Président par rapport à l’opposition. Il lui sera certainement difficile de ‘’renforcer les droits de l’opposition et son chef’’ sans discussions préalables. Il est donc de son devoir, au-delà des intentions, de mettre en place une grille de diligences portant discussions avec l’opposition dans le but d’asseoir des consensus forts porteurs de paix sociale.

En plus d’être une des conditions de réussite du plan Sénégal Emergent, cette courageuse posture permettra de lutter plus efficacement contre le terrorisme et de rassurer les investisseurs privés intéressés par notre pays.
La dernière remarque est que, ayant certainement ses raisons,  le Président n’a pas voulu parler de l’affaire dite ‘’Lamine Diack’’. Il aurait cependant pu affirmer, de manière péremptoire, que tous ceux qui, en connaissance de cause, auraient utilisé de l’argent sale  provenant d’un pays tiers en vue de déstabiliser un régime légalement constitué, en répondraient devant la loi. A notre sens, les coupables d’une pareille forfaiture ne devraient naturellement plus prendre part à une quelconque élection, ni avoir des responsabilités publiques.

Bonne et heureuse année à toutes ces dames et ces messieurs de la presse qui prennent tous les risques pour nous informer juste et vrai, parfois, au péril de leur vie.
Bonne année 2016 à tous.

LAISSER UN COMMENTAIRE