Partager

Son devancier a été entre autres emporté par les coupures intempestives de courant. Car, pendant presque le deuxième mandat de Me Abdoulaye Wade, cette question a fait révolter les populations qui n’ont pas manqué de réagir soit par des marches de protestation, soit par des manifestations inopinées de jeunes brûlant des pneus dans les différentes artères de la capitale.

Aujourd’hui, sous le règne de son successeur, c’est l’eau, qui est au devant de l’actualité. Le liquide précieux manque dans nombre de quartiers de Dakar et de sa banlieue.

En effet, si l’électricité à court-circuité Me Wade en 2012, l’eau ne va-t-elle pas faire couler Macky Sall en 2019 ? Force est de constater que la situation est gravissime et la présidentielle se profile à l’horizon.

Parcelles Assainies, Nord Foire, Ouest Foire, Niary Tall, Rufisque pour ne citer que ces localités, l’eau est devenue une denrée très rare.

Certains quartiers sont restés des mois durant sans que le robinet ne sorte la moindre goutte d’eau. Ce qui a suscité des sorties musclées dénonçant avec vigueur, la gestion de cette question par le régime en place. Une véritable récurrence qui a fini de symboliser un mécontentement général. Car, à chaque fois, des arguments tirés par les cheveux sont servis par le gouvernement pour calmer la colère des populations. Pour la présente crise, les tenants du pouvoir indexent l’accroissement de la population pour tenter de justifier le chaos.

En septembre 2013, la capitale ont connu un véritable calvaire à l’occasion de la pire pénurie de son histoire, suite à la panne de la pièce du système anti-bélier de l’Usine de Keur Momar Sarr (plus 200 kilomètres de Dakar), devant alimenter les agglomérations de la capitale sénégalaise. A l’époque, la pièce défaillance était programmée pour être changée en 2014 à la suite des multiples dysfonctionnements.

Bis repetita ! En décembre 2016, le scénario s’est reproduit quand la presque totalité des quartiers de Dakar était privée d’eau. L’un des trois diamètres nominaux, qui relient les anti-béliers et le Diamètre 800, était troué. L’usine, qui assure 50% des besoins de la capitale, avait été mise à l’arrêt en attendant les réparations.

«Fin de la pénurie d’eau, le 20 juillet… »

Après le premier ministre, Boun Abdalah Dionne, c’est autour du directeur général national de la Sones de donner sa date sur la date de la fin des pénuries dans la capitale Sénégalaise.

La pénurie d’eau qui sévit à Dakar et ses environs sera bientôt un mauvais souvenir pour les populations. Le Directeur général de la Sones a annoncé, que cela devrait prendre fin au plu tard, le 20 juillet prochain. Charles Fall l’a fait savoir sur les ondes de la RFM er ka Rts/Tv.

Sos Consommateurs parle d’utopie

Son Président, Me Massokhna Kâne n’y croit guerre. Les promesses du Premier ministre de voir le problème de l’eau dissipé avant le 20 juillet prochain relève, selon lui, de l’utopie. Invité du Grand Jury les semaines passées, l’avocat, leader de  » Sos Consommateurs  », estime qu’un gouvernement sérieux, jaloux de son honneur, démissionnerait en cas de non-respect de son engagement. Pour lui, tour est clair.   » La Sde a atteint son niveau d’incompétence. Elle est arrivée à un niveau où elle ne peut plus répondre aux besoins des populations… Le problème de l’eau est devenu chronique. L’eau est vitale. Or, ce qu’on constate au Sénégal, c’est que l’eau manque. Il y’a un ping-pong qui existe entre les services de l’État et la Sde qui se rejettent les responsabilités… Vous payez la Sde et vous achetez de l’eau. Et, il n’y a même pas une bonne qualité. Et la facture est très chère. Il faut engager la bataille de l’eau!  »

Me Massokhna Kâne, dans la foulée, d’inciter les populations à être plus entreprenantes dans le combat.  » On peut refuser de payer les factures. Les Sénégalais râlent, rouspètent, mais refusent de sortir pour une marche.  » Il se dira aussi peiné de la hausse notée sur la tarification de l’eau.

Me Massokhna Kâne trouve que le malaise est plus général. «Il y’a beaucoup de problème de consommation au Sénégal. La consommation se porte très très mal aussi bien du point de vue financier que du point de vue de la qualité. Le problème se situe au niveau de la gouvernance. C’est l’État qui doit réguler et organiser. Il y’a énormément de choses qui n’ont pas encore été faites», s’est-il désolé.

Senegal7.com (Djily Mbayang Mbaye)

senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE