Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

Alors que les sénégalais s’attendaient à ce que la grande famille libérale se libère de l’étreinte que leur cause la candidature controversée de Karim Wade par un plan B porté par Samuel Sarr et dans une moindre mesure par Idy, voilà que le pape du sopi précise se démarquer de toute candidature  ne se réclamant pas de sa pensée. Une précision de taille qui démontre que l’homogénéité tant espérée de  l’ensemble des partis libéraux est loin d’être acquise, renseigne le Quotidien.

Publicité
Publicité

Pour ne pas saper le moral de ses troupes et laisser son supposé rapprochement avec Idy  initié par  son fils Karim leur porter préjudice, le pape du sopi a vite fait d’éclairer la lanterne des sénégalais sur cette affaire. Selon lui, il ne parraine aucune candidature autre que celle du Pds dont il est la personne morale. « Il me revient que certains de mes anciens compagnons ont décidé de présenter leur candidature à la présidence de la République. C’est leur droit. Cependant, je voudrais faire savoir  que je ne parraine aucune candidature autre que celle du Parti démocratique sénégalais, parti dont je suis la personne morale. »C’est dire que la récente sortie du leader de Rewmi faisant état de son rapprochement imminent avec Wade via Karim, procède d’une «  jauge politique » qui n’aurait pas prospéré. Et du coté des libéraux, des grincements de dents commençaient  déjàà se faire sentir. Aussi, la candidature déclarée de Samuel Sarr, ancien ministre de l’énergie est  au nombre des avancées qui ont déterminé le Président Wade à se démarquer pour positionner son Pds et la candidature de son fils Karim.Pourtant,nombre de sénégalais sont d’avis que la candidature de Samuel Sarr est bien alignée pour sauver la barque libérale.Etant entendu que le Pds risque de se retrouver sans candidat au vu de l’impossibilité de Karim à revenir au bercail.A l’évidence,cette précision de taille du papae du sopi  semble sonner le glas de la grande famille libérale qui aurait pu  maximiser l’adversité politique afin de pouvoir faire face au chef de l’Etat sortant, Macky Sall. Ce qui démontre encore une fois que l’opposition est loin de pouvoir regrouper ses forces en vue de se tailler une candidature à même de relever les défis du parrainage et autres croc-en-jambes du régime en place.

Senegal7.com

 

 

Publicité
Publicité

SENEGAL7TV

LAISSER UN COMMENTAIRE