Partager

Présentant ses condoléances à la communauté mouride et à ses partisans suite au rappel à Dieu de Serigne Sidi Mokhtar Mbacké, Karim Wade a glissé, dans son message, un code politique, révélant que s’il vit toujours à l’étranger, c’est parce qu’il a été « expulsé » de son pays.

Cette posture victimaire de l’ex-ministre d’Etat a suscité la rapide réaction du porte-parole adjoint de l’Alliance pour la République. M. Abdou Mbow, soucieux de rétablir la vérité des faits, a tenu à édifier l’opinion en ces termes : « Il faut rappeler que Karim Wade a été libéré par grâce présidentielle et pour des raisons humanitaires. Cela, suite à sa demande, à celles de sa famille et de l’émir du Qatar ».

« C’est Karim Wade lui-même qui a choisi librement d‘aller vivre à Doha. S’il y a quelqu’un pour éclairer la lanterne des Sénégalais, c’est bien Me Madické Niang, président du groupe parlementaire Liberté et Démocratie, qui était avec lui à bord de l’avion quand il se rendait au Qatar. L’ex-ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères n’ignore pas que le fils de l’ancien président de la République n’a pas été contrait à l’exil. Je le répète : le président Madické Niang doit éclairer la lanterne des Sénégalais », a jouté le vice-président à l’Assemblée nationale.

« Le problème qui se pose : Karim Wade n’a pas le courage de ses ambitions politiques et il n’ose pas le dire aux Sénégalais. Karim Wade ne croit pas au Sénégal et ne respecte pas les Sénégalais. Il méprise ses camarades de parti. Je défie quiconque au Parti démocratique sénégalais d’exhiber des preuves démontrant que Karim Wade a été contraint à l’exil », termine Abdou Mbow.

LAISSER UN COMMENTAIRE