Partager
Publicité
Les population de Tankoron, village situé dans la commune de Sindian, sont très remontées contre le maire d’Oulampane. Elles l’accusent d’avoir procédé à des coupes de bois dans leur localité malgré l’arrêté d’interdiction décidé au lendemain du drame de Boffa Bayotte. Les habitants du village, où s’est effectuée la coupe du bois, exigent des sanctions contre le maire, haut conseil de collectivité local et membre du bureau de l’institution.

«Nous population de Tankoron, nous sommes meurtris, outrés par ce carnage écologique orchestré par le maire d’Oulampane, Lansana Sané. Il ne respecte ni les populations, ni les textes, ni même les autorités administratives. Nous réclamons la restitution de ces troncs d’arbres aux agents des eaux et forets, la traduction du maire devant la justice. Comment peut on comprendre, la Casamance tout en tiers qui pleure encore ses morts de Boffa Bayotte, un maire s’adonner a de tels actes », fulmine Aboubacar Touré, habitant du village de Tankoron au micro de Walf radio.

Publicité

Les proches du maire d’Oulampane ont brisé le silence pour marquer leur soutien à leur édile. Face à la presse, ces derniers ont tenu à apporter des précisions sur cette affaire. « Cela n’a rien à voir avec les travaux de la route. Les populations de Tankoron accusent le maire d’avoir coupé les arbres pour ces propres travaux. Ce que j’amène ici comme preuve, est très différent du problème de carrière », soutient Ibrahima Anelka Sané.

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE