Partager

Les signes et signaux ne trompent jamais en politique. Et l’adage selon lequel, tout ce qui se conçoit bien s’énonce clairement transparait dans les dossiers judiciaires des prétendants à la magistrature suprême. En l’occurrence, Karim Meissa Wade et Khalifa Sall. Ismaila Madior Fall a sifflé la fin de la récréation sur la Tfm.

Dans l’émission très prisée des sénégalais « Quartier Général » du célèbre et perspicace Pape Cheikh Diallo de la Tfm, le ministre de la Justice Ismaila Madior Fall a naguère annoncé les couleurs. Ainsi, au détour d’une question sur l’affaire Karim Wade, le garde des sceaux s’est laissé entrainer dans une conjecture digne d’un spécialiste du droit « tailleur sur mesure » pour affirmer orbi urbi que celui qui est condamné à au moins 5 ans de prison, risque à bien des égards de perdre ses droits civiques. Du coup et sans préjuger du prochain procès du maire de Dakar, les dés sont désormais pipés pour ce dernier. Car il sera impossible aux yeux de l’opinion que sa candidature  pour la présidentielle puisse passer. Pour le cas de Karim Wade également, cette boutade du garde des sceaux  aura aussi évacué  sa candidature. Et au vu de la mascarade qui a toujours entaché ces dossiers  judiciaires, aujourd’hui aucun sénégalais ne serait surpris que les vœux du ministre de la Justices sur Tfm ne soient exaucés au bénéfice du chef de l’Etat sortant. Macky Sall. Dans un pays supposé démocratique et où le pouvoir de la force est l’épée de Damoclès suspendue sur la tête de tous les sénégalais qui ne seraient pas du coté de la majorité. Voici en substance, les « étrennes » que la Président de la République réserve aux sénégalais en cette fin  du ramadan qui sera sanctionnée par la fête de l’Eil El Kabîr (Korité).

Senegal7.com

LAISSER UN COMMENTAIRE