Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

A Ziguinchor, le retour des déplacés est toujours obstrué par des contraintes liées à un déficit criant d’infrastructures sociales de bases. C’est le cas à Kaguitte où l’absence d’investissement public constitue un facteur bloquant au retour de personnes déplacées vers la Guinée Bissau. Ce que ces populations réclament c’est le déploiement des programmes de l’Etat à l’image du PUMA et du PUDC.

Même si l’Etat s’arroge le mérite d’avoir levé les contraintes sécuritaires au retour des réfugiés vers leurs localités respectives, force est de constater qu’il ya encore beaucoup d’autres zones où la voie pour un retour des populations déplacées n’est pas encore balisée du fait d’obstacle liés à un défit en infrastructure sociales de base. C’est le cas à Kaguitte où la volonté des populations de retourner dans leurs villages se heurte à l’enclavement de la localité eut égard à l’absence d’un pont sur la rivière qui sépare Kaguitte de la Guinée Bissau, un axe stratégique dans la migration des populations entre les deux pays.

«Ce fleuve continue de prendre des vies humaines depuis les années 90 à nos jours on peut dénombrer jusqu’à 7 à 8 cas de noyade, le dernier accident s’est produit le mois de juin 2017 dont deux femmes vendeuses ont perdu la vie en traversant pour l’autre rive», a expliqué Daouda Diedhiou, habitant de Kassou Sénégal et président de l’alliance Sénégalo-guinéenne pour la paix et l’intégration.

Publicité
Publicité

Selon le président de l’alliance Sénégalo-guinéenne pour la paix et l’intégration, «les populations des communautés frontalières jusqu’ici très affectés par le conflit sollicitent l’intervention immédiate du PUMA, le programme de modernisation des axes et territoires frontaliers et le programme d’urgence du développement communautaire dans leurs zones. Il plaide, « De mon point de vie ce programme devrait pouvoir initier des sous programmes précieux en faveur des village en reconstruction. Il faut citer dans ce secteur Kaguitte, Youtou, Badéme, Effock, Toubacouta, Santhiaba Manjacque et Boutoupa Camaracounda se sont des villages qui ont soufferts dans ce conflit. Il faudrait que le PUMA est un regard particulier pour ces villages mais également le PUDC pour améliorer les conditions de vie de ces population», a signalé Monsieur Diédhiou.

Le président de l’alliance Sénégalo-Bissau-guinéennes s’exprimait à l’occasion de travaux d’aménagement d’une passerelle sur un marigot qui sépare Kaguitte à la Guinée Bissau, une initiative à caractère communautaire déroulée dans le cadre de journée d’intégration entre populations frontalières.

Pape Ibrahima Diassy

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE