Partager
ANNONCE

Rien n’a été tiré du dialogue national du 28 mai 2016. Même s’il avait contribué à décrisper la situation politique tendue de l’époque. Tous les problèmes qui avaient concouru à la tenue de ce dialogue sont plus que jamais d’actualité.

C’est pourquoi, le nouvel appel lancé par le ministre de l’Intérieur peine à trouver preneur. Des signes d’échec. Échec en ce sens qu’aujourd’hui, de lourdes menaces pèsent sur notre démocratie, malgré la seconde alternance, qui pourtant, était porteuse de beaucoup d’espoirs.

Tous les engagements souscrits par le nouvel élu quant à l’approfondissement de nos acquis démocratiques n’ont pas été respectés. Pis, ceux acquis de haute lutte sont aujourd’hui remis en cause. La marche qui est inscrite dans notre Constitution, est de plus en plus interdite, la justice est instrumentalisée pour solder des comptes politiques.

Il urge. Les acteurs politiques doivent trouver des plages de convergence pour entamer des discussions franches et fécondes. Il est temps de mettre de côté les intérêts partisans et les exigences de leurs accointances par alliances. Sinon, on continuera de s’enliser dans le désastre.

ANNONCE

LAISSER UN COMMENTAIRE