Partager
Publicité Home Page
Publicité 3

La planète continue de se réchauffer à un rythme alarmant et les engagements actuels des États pour limiter cette hausse sont bien insuffisants : ce sont les principales conclusions du dernier rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Leur rapport sur l’impact d’un réchauffement de 1,5°C de la température de la planète par rapport aux niveaux préindustriels a été rendu public ce lundi matin, le 8 octobre, en Corée du Sud.

Avec ce nouveau texte, les scientifiques du Giec tirent de toutes leurs forces la sonnette d’alarme. Au rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique pourrait atteindre 1,5°C dès 2030, assurent ces experts.

Leur rapport, basé sur 6 000 études scientifiques, explique aussi que l’impact sur les écosystèmes et sur la santé humaine d’une hausse des températures de 2°C sera bien plus grave qu’une hausse de 1,5°C. Or, 2°C, c’est le seuil en dessous duquel les États s’étaient engagés à rester lors de l’accord de Paris il y a trois ans.

Cette limite est jugée insuffisante et les scientifiques du Giec estiment que pour maintenir le réchauffement à 1,5°C, « les émissions de CO2 devront chuter de 45% d’ici 2030 et le monde devra cesser de produire plus de CO2 dans l’atmosphère qu’il ne peut en retirer d’ici 2050 » nous apprend Rfi.

Il est noter que ces experts estiment-ils qu’il est possible de rester sous ces seuils, mais cela exigera des changements « d’une ampleur sans précédent », de nouveaux comportements, et l’obligation pour tous les secteurs de l’industrie de réduire drastiquement leurs émissions.

Birama THIOR / Senegal7

Publicité
Publicité

SENEGAL7TV

LAISSER UN COMMENTAIRE