Partager
Publicité

Un suspect aurait été arrêté dans le cadre du meurtre de la responsable du Pastef de Keur Massar, Mariama Sagna, tué ce samedi à son retour d’un meeting de leur parti. Un acte odieux auquel vient naguère s’ajouter, la descente musclée d’individus supposés appartenir aux forces de défense dans la demeure de la mère d’Ousmane Sonko à Ziguinchor. Une vraie trainée de poudre.

A quelques mois de la présidentielle de 2019, la landerneau politique national est à fleur de peau  car il demeure chargé d’électricité, de haine viscérale, de cabale, et de manœuvres toutes azimutes  qui débordent même le vase des politiciens. Ainsi, au-delà des querelles d’intérêts manifestes ou latents, caractéristiques de la chose politique, l’on assiste aujourd’hui à des crimes qui viennent salir ce climat de suspicion suffisamment lourd  qui entailleraient les visées de ceux qui  entendent briguer la magistrature suprême. Après la sortie du livre de Sonko, on lui oppose un plagiat grandeur-nature couplé d’un tollé jamais égalé. S’ensuivent, des éléments supposés appartenir aux forces de défense qui auraient effectué une  descente musclée  chez sa mère à Ziguinchor, fouillant des fiches de parrainage. Aujourd’hui, c’est au tour du meurtre sordide de Mariama Sagna d’envenimer le lourd climat de suspicion qui semble précipiter le landerneau politique national vers des lendemains machiavéliques. Tant il est vrai que tant qu’il n’y aurait pas  encore eu d’enquête dûment diligentée, on ne peut épingler personne, mais le mobile d’un tel crime fait directement penser aux enjeux  politiques du moment. Forcément, les sénégalais vont voir en Sonko un homme politique sur qui certains s’acharneraient aveuglément. Et c’est surtout cet emballement de l’ordre humain qui doit inciter la Justice à beaucoup plus de Pastef afin que cet acte odieux  soit vidé avec célérité. Car à la limite, même si  le mobile de ce crime  est autre, c’est le contexte préélectoral qui en fait un mobile « politique ». Pour ce faire, seule le Pastef de la Justice est à même de « déMakyller » le mobile d’un tel acte avant qu’il ne soit trop tard.

Publicité

Assane SEYE-Senegal7        

 

 

 

 

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE