Partager
Publicité

Bonne nouvelle pour le PSG et ses dirigeants qatariens: le club ne sera finalement pas sanctionné dans le cadre du fair-play financier. L’UEFA, l’autorité européenne du football, estime après examen des comptes, que le déficit est suffisamment raisonnable. Mais le club parisien reste sous étroite surveillance.

Neuf mois d’enquête, des jours et même des semaines de discussions que l’on a dit intenses, et à l’arrivée, une relaxe pure et simple. Quelles qu’aient pu être les pressions des grands d’Europe, comme le Real Madrid ou le Bayern Munich, pas la moindre punition, pas même la moindre amende pour le Paris Saint-Germain, pourtant particulièrement dépensier ces dernières années.

Certes, sur les trois saisons précédentes, le PSG, déjà sanctionné en 2014, n’est pas à l’équilibre. Certes, les contrats passés avec des partenaires d’origine qatarienne (Ooredoo, Qatar National Bank, office du tourisme qatari) ont été dévalués par l’instance de contrôle financier de l’UEFA. Mais – et c’est le principal – la barre des 30 millions d’euros de déficit cumulés sur trois ans n’a pas été franchie.

Rester vigilant

Publicité

Attention, préviennent néanmoins les gendarmes du football européen, l’exercice actuel, avec les achats de Neymar et Mbappé pour quelque 400 millions d’euros, s’il a permis aussi d’engranger de nouvelles recettes, n’a pas été comptabilisé. Carton jaune : Paris va donc devoir être vigilant pour ne pas déraper. Ce mercato d’été 2018 s’annonce plus sage.

L’achat du gardien italien Gianluigi Buffon semble sur de bons rails, il faudra au moins un milieu de terrain supplémentaire pour remplacer Thiago Motta, mais vendre d’autres joueurs devient indispensable. Pour continuer de passer entre les gouttes. Par ailleurs, à noter que de son côté, l’Olympique de Marseille écope d’une amende de 100 000 euros pour avoir « légèrement dépassé » le seuil de déficit imposé par l’UEFA pour la période 2017/18.

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE