Partager

Ils sont tous assimilés à des destructeurs de la République. Parce que proches parents du président de la république. Ainsi, leur présence dans le cercle restreint du chef de l’Etat, le seul élu par le peuple est mal appréciée.

On parle de gestion familiale du pouvoir légué par le peuple, seul souverain.

Macky n’a pas fait l’exception

Contre toute attente, Mbagnick Ndiaye, aussitôt nommé ministre, avait haut et fort crié sous tous les toits que lui et Matar Ba sont devenus ministres, grâce à la Première Dame. Ce que le chef de l’Etat n’a pas outre mesure démenti. Parce que celui qui ne dit rien consent. Et depuis lors, Mme Sall est considérée au sein de l’opinion que celle qui fait et défait les femmes et les hommes autour du chef de l’Etat, parce qu’intercède toujours en faveur de ses amis et proches.

Aujourd’hui, c’est Aliou Sall, le frère consanguin du chef de l’Etat, qui dérange. Il est pour Macky, ce que Karim fut pour Wade. Son nom est cité dans l’exploitation et la production pétrolière obscure du Sénégal. Toute la Nation le dénonce avec cette entreprise Pétro-Tim aux louches transactions qui génèrent des milliards. C’est cela que le peuple redoute. Parce qu’en pareille circonstance c’est la famille du Président qui s’en trouve avec les poches pleines au détriment des populations.

Et cela, peut engendrer des situations fâcheuses aux conséquences incommensurables. L’implication de sa femme et de son petit frère, dans la gestion du pays, risque de  coûter très cher à Macky Sall, candidat à sa propre succession.

Wade avait son Karim

En dépit d’avoir tenté d’en faire le maire de Dakar, puis le président du Sénat, aux dernières locales, le président Wade avait, jusque-là, était opaque sur la volonté qu’on lui prête de vouloir se faire succéder par son fils.

Le fils du président n’est aimé et estimé que par son père, qui ne peut se retenir de citer son nom partout, au Sénégal comme à l’extérieur. Il le sublime, car le croyant le seul Sénégalais « intelligent », l’unique ministre capable de gérer quatre départements à la fois. Karim est le seul capable de faire entrer l’argent au Sénégal, crie son père Wade partout. Il était devenu si hystérique qu’il ne voulait pas entendre parler des frasques de son fils. Dans le cadre des chantiers de l’Anoci, qu’il lui avait confiés, comme pour lui faire un clin d’œil, il lui avait dit :« Je dirai à ta mère que tu as bien travaillé », avant même que celui-ci ne démarre les travaux, comme oublieux du temps. De ce fait, Karim Wade profitera des 476 milliards de l’Anoci : il se tapera un bureau à 750 millions, une lampe à dix millions, construira un kilomètre de route à 7 milliards, un tunnel à 10 milliards de francs Cfa, etc. Mais il suffit d’évoquer ses scandales pour voir son père piquer une crise de rage.

C’est peut être cela que les Sénégalais vont revivre sous Macky Sall. Qui sait. Demain est seul juge.

LAISSER UN COMMENTAIRE