Partager
Publicité

Aux Etats-Unis, la disparition depuis le 2 octobre au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, contributeur du journal le Washington Post et exilé en Amérique depuis 2017, suscite le plus grand embarras. Ce qui ressemble de plus en plus à un assassinat commandité par Riyad menace désormais les liens très étroits qui unissent les Etats-Unis à son allié régional saoudien. Mercredi, Donald Trump a été obligé de demander des explications publiques au prince Mohamed Ben Salman.

C’était à peine il y a 6 mois. Donald Trump recevait en grande pompe le prince Mohammed Ben Salman. Les deux hommes affichaient alors sourire et complicité. Un an auparavant, c’est encore à Riyad que Donald Trump avait réservé son premier voyage officiel. Il était resté alors muet face aux vagues d’arrestations d’opposants au pouvoir.

Changement de ton aujourd’hui sur fond de soupçon d’assassinat de ce journaliste d’origine saoudienne exilé aux Etats-Unis. Washington se voit obligé de rappeler à l’ordre Riyad.

Istanbul sur la carte:

Publicité

« C’est une très triste situation, une sombre affaire et nous voulons aller au fond des choses. Les gens l’ont vu rentrer au consulat mais ne l’ont pas vu sortir apparemment. Nous allons suivre cela de très près, c’est terrible. Ce n’est pas une bonne chose, nous ne pouvons pas laisser de telles choses se produire, concernant des journalistes ou qui que ce soit. Nous allons aller au fond des choses, ce qui se passe ne nous plaît pas. Comme vous le savez, ils (les Saoudiens) disent qu’ils n’ont rien à voir avec ça, mais jusqu’à présent tout le monde dit qu’ils n’ont rien à voir avec ça. Cela s’est passé en Turquie et depuis le début le gouvernement turc ne ménage pas ses efforts. Alors nous verrons bien. » a déclaré selon Reuters, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

Birama THIOR / Senegal7

 

Publicité
Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE